Nannay, 1750 : Bail du domaine de Malvoisine, aujourd'hui disparu (il n'en reste qu'un puits). Dépendant alors de la chartreuse de Bellary, le domaine de Malvoisine se présente ainsi : "bâtiment de maison", granges, écurie, cour, jardin, chènevière, aisances et appartenances, prés, terres labourables et non labourables, pâtureaux...

Ce bail ne fut pas mené à son terme puisqu'un nouveau bail fut signé par les chartreux en janvier 1753 (voir ici). (0)

Cote : 3 E 8 / 6 - Minutes du notaire Jean-Baptiste Bonnet (Châteauneuf-Val-de-Bargis)

 

Malvoisine aujourd'hui

 

1 - Ce jour d'huy vingt neuf juillet mil sept cent

2 - cinquante pardevant le notaire au duché de

3 - Nivernois resident au bourg de Chateauneuf au val de Bargis

4 - fut present venerable pere dom Bernard Leprevost tres digne

5 - religieux procureur de la maison chartreuse de Notre Dame de

6 - Bellary (1) y demeurant paroisse dudit Chateauneuf, lequel

7 - volontairement a reconneu avoir baillé et delaissé et par ses

8 - presentes bail et delaisse à titre de motié de tous fruits (2) et promet

9 - faire jouir pour six annez venant à neuf dont il sera loisible

10 - au partyes de resilier les trois dernieres annez en s'avertissant

11 - respectivement trois mois auparavant l'echeance des dittes trois

12 - dernieres annez qui ont commansé au premier may dernier et finir

13 - à pareil jour apres ledit temps finy et acomply â Jean

14 - Jannet laboureur au domaine de Malvoisine (3) et [.........] sa

15 - femme procedante à son authorité qui luy a prestée et par elle

16 - acceptée, preneurs solidaires presents, stipulants et acceptants

17 - demeurants audit domaine pa[roi]sse de Nannay, ledit domaine ce

18 - concistant en batiment de maison, grange, ecurye, cour, jardin,

19 - cheneviere, aisances et apartenances, prés, terres labourables et

20 - non labourables, et patureaux et generallement tout ce qui compose

21 - ledit domaine et tout ainsy que les cy devant metayers en onts

22 - jouit ou deu jouir, à la charge par lesdits preneurs de jouir du

23 - tout en bon pere de famille, de bien et dhuement labourer, fumer et

24 - ensemanser lesdittes terres selon leurs sols et tourneurs (4) et le plus

25 - prest des hayes que faire se poura et conduiront les feumiers

26 - dans les champs dudit domaine chacune annez, lesquels fumiers

27 - seront bien reserrez et amoncellez dans les places ordinaires ;

28 - les semances de touttes especes seront fournis par motié entre les

29 - partyes, les debleures (5) partagés dans les champs et à la gerbe, la

30 - portion desdits sieurs religieux charroyée la premiere dans l'une

31 - des granges dudit domaine et entissez (6) aux frais des preneurs, cercleront (7)

32 - chaque annez les dittes deblures, boucheront (8) et etauperont (9) les prez

33 - et rogneront les tresses (10) pour empaicher l'acroissement des epines

34 - et laisseront le tout en bon estat l'ayant trouvé à leur

35 - antrée ; ne pouront les preneurs tenir d'autres bestiaux chez eux que

36 - ceux dud[it] domaine à peine de confiscation et seront aussy tenus de

37 - veiller que leurs dits bestiaux ne fassent de dommage dans les bois

38 - desdits sieurs religieux et de ne lais laisser aller en aucune

39 - saison dans iceux qu'apres (# : avoir poussé) quatre feuilles au moins ; auront neanmoins

40 - le pacage dans les grands bois même dans ceux de monseigneur le

41 - duc de Nevers, tant pour la paisson (11) qu'autrement et y contrevenant

42 - ils encoureront l'amende, domages et interests suivant l'ordonnance ;

43 - seront tenus lesd[its] preneurs de charroyer tous les materiaux pour

44 - les reparations dudit domaine comme aussy les gerbes de dixme (12)

45 - provenant de Channay et les entasseront avec le dixmeur

46 - moyenant quoy lesdits preneurs auront toutes les pailles

47 - qui en proviendront qui seront conseumez dans ledit domaine ;

48 - les moissons se feront annuellement par gens qui seront

49 - preposez par les partyes lesquels seront noris aux frais

50 - des preneurs et pour contribuer à laquelle nouriteure ledit sieur

51 - bailleur leur donnera annuellement douze boisseaux moudure (13)

52 - et trois livres en argent pour avoir du scel (14) ; les preneurs fourniront

53 - l'uille (15) aux batteurs tant pour les grains dudit domaine que

54 - pour ceux de la dixme et en faveur de ce ledit preneur leur

55 - abandonne toutte la grenne de chenevy (16) que produira ledit

56 - domaine ; les preneurs auront la motié de la debleure

57 - dudit domaine à leur antrée et dont ils payeront les tailles (17)

58 - et comme ils la laisseront entiere à leur sortye ils ne

59 - payeront point de taille ; a esté convenu entre les partyes

60 - que les preneurs donneront un boisseau de bled (18) de chaque

61 - boissellez (19) de terre qui chommeront faute de les labourer

62 - touttes les torneures ; s'obligent aussy les preneurs de faire moudre

63 - leurs fournez au moulain de St Laurent lors qu'ils en seront

64 - requis ; fourniront les sieurs bailleurs les bois qui seront

65 - necessaires pour leur harnais de labourage apres neanmoins qu'ils

66 - seront marquez par gens preposez par les sieurs religieux ;

67 - fourniront les s[ieur]s bailleurs une femme pour aider à tondre les brebis

68 - laquelle sera norie par les preneurs ; les fruits à noy dudit

69 - domaine seront partagez par motié et ceux de touttes les debleurs

70 - d'icelluy seront conduits par les preneurs audit Bellary ;

71 - seront tenus les preneurs de faire touttes les voitures

72 - des peches et vendanges desdits sieurs religieux lorsqu'ils

73 - seront requis ; donneront lesdits preneurs une grosse (20) des presentes à leur

74 - frais ausd[its] sieurs religieux ; et ont evallué le revenu annuelle

75 - dudit domaine la somme de quatre vingt dix livres

76 - et par ses memes presentes lesdits Jeannet et sa femme

77 - aux qualitez que dessus ont reconnu tenir et porter

78 - à titre de cheptel et avoir par devers eux des bestiaux

79 - pour l'exploitation dudit domaine : premierement

80 - huit boeufs de trait pour la somme de six cent

81 - livres, sept vaches garnies (21), un taure (22) et un taureau

82 - pour celle de trois cent soixante et dix livres, douze

83 - porcs tant gros que petits pour celle de quatre vingt

84 - livres, trois juments et une poulinne pour celle de

85 - trois cent quarante livres, plus pour quatre vingt

86 - livres d'(omaies) (23) et finallement trente cinq chefs tant

87 - brebis que moutons, lesdittes brebis oront

88 - chef pour chef (24) mais qui en cas de perte seront

89 - fixez à quarante sols le chef ; revenant touttes lesdittes

90 - sommes ensemble à celle de quinze cent cinquante

91 - cinq livres (25), tous lesquels bestiaux ou ceux qui y seront

92 - subrogez (26) avec le croist et procroist (27) les preneurs seront

93 - tenus de bien et dhuement norir, sogner, garder,

94 - hiverner et faire en sorte que par leur faute et negligence

95 - ils n'en arrive perte ou deperissement pour du tout en venir à

96 - bon compte et exig (28) à la fain du present cheptel lors

97 - duquel s'il s'i trouve du proffit sur lesdits bestiaux apres

98 - le capital retiré par lesd[its] sieurs bailleurs icelluy sera partagé

99 - par motié entre les partyes aussy bien que les laines

100 - des brebis pendant le cours dud[it] present cheptel

101 - ce qui a esté stipulé et accepté par lesdittes partyes.

102 - Car ainsy & promettant & obligeant & renonceant

103 - & fait en presence de François Picq (29) marc[hand] et de Jean Picollet

104 - praticien (30) demeurants aud[it] Chateauneuf temoins

105 - qui ont signez avec led[it] reverend pere dom Prevost,

106 - lesd[its] Jannet et sa femme ayant declarez ne le scavoir

107 - d'eux enquis et interpellés soit controllé.

 

Picollet - Bernard Leprevost - Bonnet (31)

 

108 - Controllé à Donzy le

109 - 30 juillet 1750. R[eçu] 4 # 6 s[ols]. Capitan, ... commis

 

Notes et vocabulaire

(0) - Par convention et pour en faciliter la lecture, le texte original a subi diverses retouches : ajout de majuscules aux noms propres, accents, apostrophes et autres signes de ponctuation indispensables à la compréhension ; développement des abréviations ; suppression des majuscules superflues ; séparation des mots accolés... En revanche, l'orthographe n'a pas été corrigée. Les mots entre parenthèses sont incertains.

(1) - Notre Dame de Bellary : Notre-Dame de Bellary, chartreuse fondée en 1209 par Hervé IV, baron de Donzy, et son épouse Mahaut de Courtenay. La chartreuse joue un rôle de premier plan dans la vie économique locale en fournissant du travail à bon nombre d'habitants. Elle détient un certain nombre de métairies et autres fabriques à Châteauneuf, Chasnay, La Charité, Nannay, Narcy, Pouilly-sur-Loire, Sainte-Colombe, Suilly-la-Tour, Vielmanay... Le nom de Bellary vient vraisemblablement de bel laris, belle clairière.

Blason de la chartreuse de Bellary

(2) - à titre de motié de tous fruits : Mode de tenure le plus fréquent dans l'ouest, le centre et le sud de la France. Le propriétaire apporte les terres, le bétail, les semences; le métayer, ses outils et sa force de travail. Le propriétaire prend généralement la moitié de la récolte. Le métayer, lui, en sus de l'autre moitié, dispose également du fumier, du lait et du travail des animaux mais partage les autres produits (croît, laine) par moitié avec le bailleur. (d'après le Dictionnaire du monde rural)

(3) - Malvoisine : Aujourd'hui disparu (il ne reste plus qu'un puits), Malvoisine, en 1753, se présente ainsi : 1 maison à loger le métayer, 2 granges (1 pour le maître, 1 pour le métayer), écurie, cour, jardin, chènevière, prés, terres labourables et non labourables, pâtureaux... L'étymologie reste incertaine : allusion à la mauvaise réputation de ses habitants (mauvais voisins, vus du bourg) ? à un marais aux émanations fétides ? à un ancien lieu d'exécution ? La première mention connue du nom de Malvoisine remonte à 1358, lorsque le domaine est pris par le chef de guerre anglais Robert Knowles. À partir de 1702, les seigneurs de Malvoisine sont les chartreux de Bellary. On relève également les noms d'Anne de Tespes (1663 à 1691), d'Élie Rameau, seigneur de La Barre (1697 à 1702), de Jean-Louis Tridon, de Pierre Diamy (1789)... Encore exploité en 1872 (Virginie Lasnier, cultivatrice, et Louis Brondeau, cultivateur), le domaine de Malvoisine semble avoir été abandonné avant la fin du XIXe siècle.

(4) - tourneurs (tournures) : Soles de culture.

(5) - debleures (déblures) : Moissons.

(6) - entissez : On appelait "tisse" l'arrangement, la disposition ordonnée des gerbes (tête-bêche et alternées selon les rangs) dans la grange pour obtenir une surface bien plane. Cette mise en alternance des gerbes ressemblait en quelque sorte à un travail de tissage : chaîne et trame. Le mot "tisse" doit venir de cette analogie. "Entisser" était réservé (de même que le montage du chargement des charrettes, pour qu'elles ne versent pas => ne "chient" pas, disait-on dans les Vosges) aux anciens qui avaient de l'expérience. (définition et témoignage de François Demay, 23 novembre 2013)

(7) - cercleront (sarcleront) : Débarrasseront des mauvaises herbes.

(8) - boucheront : Clore avec une haie.

(9) - etauperont : De étaupiner ; faire disparaître les taupinières.

(10) - tresses : Haies faites avec des branchages coupés.

(11) - paisson : Action de faire paître des animaux.

(12) - dixme (dîme) : Impôt sur les récoltes (de fraction variable, autour du seizième en Nivernais) prélevé par le clergé ou la noblesse.

(13) - moudure : Mélange par tiers de froment, de seigle et d'orge (mais il arrive que le froment manque...). Additionné d'un peu de sel, ce mélange sert à nourrir, par exemple, les moissonneurs (Menou, 1722 ; Vielmanay, 1741).

(14) - scel : Sel.

(15) - l'uille : L'huile (d'éclairage) ; le batteur en grange est l'homme qui bat les gerbes pour séparer le grain de l'épi, travail pénible s'il en est, effectué au fléau ; l'huile sert à s'éclairer : en effet,le battage se fait en hiver et les journées sont courtes.

(16) - chenevy (chènevis) : Graine du chanvre, qui sert à à fabriquer l'huile d'éclairage.

(17) - tailles : Impôt.

(18) - bled : Blé.

(19) - boissellez : Mesure agraire correspondant à la surface de terre pouvant être ensemencée avec un boisseau de grains.

(20) - grosse : Expédition d'un acte notarié.

(21) - vaches garnies : Pleines.

(22) - taure : Jeune vache qui n'a pas encore mis bas.

(23) - omaies : Pour "aumailles" sans doute, génisses.

(24) - chef pour chef : Tête pour tête (de bétail).

(25) - quinze cent cinquante cinq livres : Quinze cent quarante, selon nous.

(26) - subrogez : Substitués.

(27) - le croist et le procroist : L'accroissement du troupeau par les naissances annuelles.

(28) - exig : Opération qui consiste, à la fin du bail, à exhiber, compter et partager les bestiaux donnés à titre de cheptel.

(29) - François Picq : Originaire de Beaumont-la-Ferrière, praticien, François Pic, né vers 1709, est souvent appelé à contresigner les actes du notaire Bonnet. Aubergiste-cabaretier-boulanger, il exerce son activité, en plein bourg - où son établissement se reconnaît à son "bouchon", une branche de feuillages accrochée au-dessus de l'entrée en guise d'enseigne.

(30) - Jean Picollet praticien : Châteauneuf compte à l'époque trois familles Picolet : une famille de drapiers, une famille de charbonniers et une famille de marchands et de gens de loi. C'est à cette dernière que se rattache Jean Picolet (~ 1695 / 1773), notable local dont le frère est le lieutenant de la châtellenie. Il est le fils d'un honorable marchand et d'une honneste femme. Aubergiste-cabaretier à Châteauneuf, Jean Picolet est également, d'un acte à l'autre, praticien et procureur fiscal de Nannay.

(31) - Bonnet : Né à Cessy-les-Bois, descendant d'une famille d'officiers seigneuriaux, le notaire Jean-Baptiste Bonnet (1710 / 1801) est certainement, au XVIIIe siècle, le plus en vue des notables de Châteauneuf. A l'exception d'une période de dix ans, pendant laquelle il habite à Nevers, paroisse Saint-Etienne, il y réside la plus grande partie de sa vie, dans une maison située face à l'église. Il connaît une longue et belle carrière, occupant successivement ou simultanément diverses fonctions : notaire royal, juge, fermier de la châtellenie de Châteauneuf, procureur fiscal, bailli de La Celle-sur-Nièvre, conseiller du roi, commissaire aux saisies réelles du Nivernais... Son petit-fils, Louis Bonnet, sera le premier maire de Châteauneuf.

 

Pour illustrer cette page, je cherche des photos de Malvoisine ! Cliquer ici !

 

 Accueil

 Nannay

Page créée le 6 août 2007. Dernière mise à jour le 1er mai 2017.

© Cahiers du val de Bargis