Châteauneuf, 1753 : Bail de trois domaines appartenant aux chartreux de Bellary, deux à Châteauneuf et un à Nannay pour la somme de 880 livres par an.

Les deux principaux domaines avaient fait chacun l'objet, respectivement deux et trois ans plus tôt, d'un précédent bail de neuf ans - lesquels ne furent donc apparemment pas menés à leur terme pour une raison qui reste à découvrir. Mais il semble bien que les relations entre les chartreux et leurs métayers n'étaient pas toujours sans nuages... (0)

Cote : 3 E 8 / 7 - Minutes du notaire Jean-Baptiste Bonnet (Châteauneuf-Val-de-Bargis)

 

1 - Ce jour d'huy vingt et un du mois de janvier mil

2 - sept cinquante trois pardevant le notaire

3 - au duché de Nivernois resident au bourg de Chateauneuf

4 - au val de Bargis fut present venerable pere en

5 - Dieu dom Bernard Leprevost tres digne religieux

6 - procureur de la maison chartreuse de Notre Dame

7 - de Bellary (1) y demeurant paroisse dudit

8 - Chateauneuf, tant pour luy que pour le

9 - venerable pere dom prieur et autres religieux

10 - dudit Bellary ; lequel volontairement a baillé

11 - et delaissé, baille et delaisse à titre de bail à

12 - ferme et prix d'argent pour le temps, terme et

13 - espace de neuf annez continuelles et consecutives

14 - qui commanseront au premier may prochain pour

15 - finir à pareil jour apres ledit temps finy et

16 - acomply à Jean Bonnet laboureur demeurant

17 - demeurant au village du Pre[s]sourd paroisse dudit

18 - Chateauneuf et Augustain Bonnet (2) son frere

19 - demeurant au même lieu sa caution pour le prix

20 - du present bail, tous les deux presents, stipulants

21 - et acceptans. C'est à scavoir un domaine scitué

22 - au bourg dudit Chateauneuf appellé le domaine Bazain (3) ce concistant en un

23 - grand corps de logis pour loger le fermier,

24 - grange y attenant, ecurye, cour, jardain,

25 - prez, terres labourables et non labourables, patureaux (4)

26 - et generallement tout ce qui depend dudit domaine,

27 - à la reserve seulement des terres et pré cy devant (5) arrantez (6).

28 - Plus un domaine appellé Malvoisine (7) scitué

29 - paroisse de Nannay avec le dixme d'icelluy (8) tout

30 - ainsy que le sieur bailleur a coutume de le persevoir

31 - ledit domaine ce concistant en une maison à loger le

32 - metayer, deux granges, l'une pour le maitre et l'autre

33 - pour le metayer, cour, jardain, cheneviere (9), prez, terres

34 - labourables et non labourables, prez et patureaux et

35 - generallement tout ce qui depend dudit domaine

36 - sans aucune reserve même les (pestiaux) (10) qui y sont

37 - actuellement dont sera fait estimation pour

38 - en rendre par le preneur à sa sortye pareil somme.

39 - Plus le dixme de Chamery tant en gros que

40 - menus grains (11) avec une maison, grange, aisances

41 - et appartenances le tout aussy sans reserve

42 - et comme ledit sieur bailleur a coutume de

43 - le persevoir chacune annez. Plus un petit

44 - dixme de vain affermé cy devant à deffunt

45 - m[aîtr]e Charles Vailleux et dont ses neveux le jouissent

46 - aujourd'huy et sous les mêmes conditions portez par

47 - ce bail qui en fut fait audit Charles Vailleux

48 - par le juré soussigné du quatre mars mil sept

49 - cent quarente cinq controllé à Donzy le [blanc] mars

50 - et comme ledit bail ne finy qu'au mois de

51 - mars mil sept cent cinquante

52 - quatre le preneur sera tenu de laisser jouir ledit

53 - sieur Vailleux pendant la ditte annez dont il

54 - retirera le fermage sans diminution du prix

55 - du bail ; le preneur laissera à sa sortye les foins

56 - pailles et fumier du domaine de Malvoisine sans

57 - pouvoir les divertir (12) ailleurs mais comme il

58 - trouvera au domaine Bazain ni foin, ni paille

59 - ni fumier (13) il poura remporter le tout à sa

60 - sortye, les bestiaux dudit domaine de Malvoisine pacageront (14)

61 - ou dans les bois où ils ont coutume de pacager, et

62 - sera loisible au preneur de faire pacage et

63 - pacager sept porcs dud[it] domaine Bazain

64 - dans les bois taillis desdits sieurs religieux.

65 - Comme le preneur levera les (moisoisons) qui

66 - se trouveront enblavez (15) la recolte prochaine

67 - au domaine Bazain il ne sera tenu que

68 - d'en rendre pareil quantité de moison (16) à sa

69 - sortye ; les partyes sont convenus que les

70 - trois dernieres annez dudit bail pouront estre

71 - resiliez en s'avertissant respectivement trois mois

72 - auparavant l'echeance de la sixieme, le

73 - present bail ainsy fait outre les clauses

74 - et conditions cy dessus pour et moyenant

75 - le prix et somme de huit cent quatre vingt

76 - livres par chacun an payable en deux

77 - payem[ents] egaux le premier payem[ent] à Noel

78 - prochain et le second à la S[ain]t Jean Baptiste (17)

79 - suivante et ainsy continuer d'annez à autre

80 - jusqu'en fain du present bail ; tout ce

81 - que dessus a esté stipulé et acepté par

82 - les partyes qui se sont obligez

83 - respectivement scavoir le sieur bail[leur]

84 - à faire jouir le preneur et luy au

85 - payement du prix dudit bail même

86 - par corps comme pour fait de bail de

87 - bien de campagne (18) ; fait en

88 - presence du s[ieu]r Louis Petit marechal

89 - et de Jean Picollet praticien (19) demeurants

90 - demeurants audit Chateauneuf qui onts

91 - signez avec ledit reverand pere dom procureur

92 - lesdits Jean et Augustin Bonnet ayant

93 - declarez ne le scavoir d'eux enquis et interpellés.

 

Picollet - Petit - f[rèr]e Bernard Leprevost - Bonnet (20)

 

94 - En dû 24 s[ols]

 

95 - Controllé à Donzy

96 - ce 26 janvier 1753. R[eçu] : dix livres seize sols. Dagot

 

97 - Plus reçu 24 sols le 25 7bre (21)

98 - 1753 suivant le forcement (22) de Mr

99 - Guinefault du 20 dud[it] mois. /. Dagot

 

Notes et vocabulaire

(0) - Par convention et pour en faciliter la lecture, le texte original a subi diverses retouches : ajout de majuscules aux noms propres, accents, apostrophes et autres signes de ponctuation indispensables à la compréhension ; développement des abréviations ; suppression des majuscules superflues ; séparation des mots accolés... En revanche, l'orthographe n'a pas été corrigée. Les mots entre parenthèses sont incertains.

(1) - maison chartreuse de Notre Dame de Bellary : Notre-Dame de Bellary, chartreuse fondée en 1209 par Hervé IV, baron de Donzy, et son épouse Mahaut de Courtenay. La chartreuse joue un rôle de premier plan dans la vie économique locale en fournissant du travail à bon nombre d'habitants. Elle détient un certain nombre de métairies et autres fabriques à Châteauneuf, Chasnay, La Charité, Nannay, Narcy, Pouilly-sur-Loire, Sainte-Colombe, Suilly-la-Tour, Vielmanay... Le nom de Bellary vient vraisemblablement de bel laris, belle clairière.

Blason de la chartreuse

(2) - Augustain Bonnet : Augustin Bonnet (1720 / 1777) ; " coq de village " castelneuvien, gros contribuable, successivement fermier du Bazin, de Fonfaye et de la seigneurie de Vielmanay, cousin germain du notaire Jean-Baptiste Bonnet. L'homme vit en famille au Pressour (Châteauneuf), où ses enfants bénéficient des services d'un précepteur. Curieusement, pour un personnage de cette envergure, il ne signe pas.

(3) - domaine Bazain : Le Bazin est (était) un domaine situé au coeur du bourg de Châteauneuf, face à l'église, s'étendant sur une dizaine d'hectares : terres labourables et non labourables, prés, pâtureaux, jardin, chènevière... La culture principale est le blé. On y trouve divers bâtiments, dont un " grand corps de logis " où loge le fermier, une grange, une écurie, le tout ouvrant sur une cour et le " grand chemain " allant de La Charité à Varzy.

Le corps de logis du Bazin est certainement l'une des constructions les plus importantes du bourg. Le domaine s'agrandit en 1751 d'une " chambre " dotée de tout le confort moderne (carrelage, vitres, cheminée, four, lavoir, cabinet de commodité...). Cette chambre est généralement louée. Le Bazin abrite également, au moins pendant quelques années un cabaret (1738).

Selon l'abbé Charrault, l'évêque d'Auxerre fait don, en 1220, d'une vigne et d'une métairie situées à Châteauneuf aux chartreux de Bellary qui sont à l'origine, toujours selon l'abbé, du domaine du Bazin. On sait cependant que le domaine appartient en 1656 à la dame de Ménestreau puis, à la fin du XVIIe siècle au marquis de Menou, lequel le vend le 5 février 1700 aux religieux, qui le conservent jusqu'à la Révolution. Le 28 février 1791, le domaine du Bazin est acquis par Louis Bonnet, alors maire de Châteauneuf, pour la somme de 16 300 livres (prix de vente six fois inférieur à celui de la chartreuse de Bellary).

Le Bazin a fait l'objet d'un bail en mars 1751 pour la somme de 270 livres.

(4) - patureaux : Dans quelques provinces, dans la Nièvre surtout, pré de médiocre qualité où l'on faisait pacager les boeufs. (Dictionnaire du Monde rural)

(5) - cy devant : Auparavant.

(6) - arrantez : Donnés à rente.

(7) - Malvoisine : Encore exploité en 1872, abandonné à la fin du XIXe siècle (il ne reste plus, aujourd'hui, qu'un puits), Malvoisine, en 1753, se présente ainsi : 1 maison à loger le métayer, 2 granges (1 pour le maître, 1 pour le métayer), écurie, cour, jardin, chènevière, prés, terres labourables et non labourables, pâtureaux... L'étymologie reste incertaine : allusion à un mauvais voisinage ? à un marais aux émanations fétides ? à un ancien lieu d'exécution ? La première mention connue du nom de Malvoisine remonte à 1358, lorsque le domaine est pris par le chef de guerre anglais Robert Knowles. Avant la Révolution, les seigneurs de Malvoisine sont les chartreux de Bellary. On relève également les noms de Jean-Louis Tridon, de Pierre Diamy (1789)...

(8) - avec le dixme d'icelluy : Impôt sur les récoltes (de fraction variable, parfois le dixième) prélevé, normalement, par les chartreux mais affermé, ici, à un tiers.

(9) - cheneviere (chènevière) : Champ sur lequel on cultive le chanvre (lequel fournit une matière textile, préparée par rouissage et teillage). Champ situé à proximité de la maison (pour empêcher les oiseaux de manger les graines) et apparemment pas très grand (250 m² au Vaudoisy en 1723, 200 m² à Asvins en 1788 mais une boisselée à Chasnay en 1666).

(10) - (pestiaux) : Bestiaux, très certainement.

(11) - tant en gros que menus grains : "Les menus dixmes sont celles qui se perçoivent sur les menus grains, telles que les pois, vefces, lentilles ; & elles sont opposées aux grosses dixmes qui se perçoivent sur les gros fruits (blé, froment, seigle, avoine et orge)".

(12) - divertir : Employer ailleurs.

(13) - mais comme il trouvera au domaine Bazain ni foin ni paille ni fumier : Ce qui laisse à penser que le précédent fermier est parti avec ; il est d'ailleurs à noter que le domaine Bazin a fait l'objet d'un bail, deux ans plus tôt, lequel, pour une raison que nous ignorons, ne fut pas conduit à son terme.

(14) - pacageront : Paîtront.

(15) - enblavez : Ensemencés.

(16) - moison : Bail d'une terre pour une quantité de grains déterminée d'avance, correspondant, en gros, au treizième de la récolte.

(17) - S[ain]t Jean Baptiste : 24 juin.

(18) - pour fait de bail de bien de campagne : Depuis une ordonnance de 1667, les notaires n'ont plus le pouvoir de passer une obligation ou une convention portant contrainte par corps sauf pour les baux de terres et héritages situés à la campagne.

(19) - Jean Picollet praticien : Châteauneuf compte à l'époque trois familles Picolet : une famille de drapiers, une famille de charbonniers et une famille de marchands et de gens de loi. C'est à la famille de charbonniers que se rattache Jean Picolet, manoeuvre, laboureur (1741), charbonnier, marguillier. Comme son homonyme aubergiste-cabaretier, Jean Picolet appose assez souvent, lui aussi, sa signature sur les actes du notaire Bonnet.

(20) - Bonnet : Né à Cessy-les-Bois, descendant d'une famille d'officiers seigneuriaux, le notaire Jean-Baptiste Bonnet (1710 / 1801) est certainement, au XVIIIe siècle, le plus en vue des notables de Châteauneuf. A l'exception d'une période de dix ans, pendant laquelle il habite à Nevers, paroisse Saint-Etienne, il y réside la plus grande partie de sa vie, dans une maison située face à l'église. Il connaît une longue et belle carrière, occupant successivement ou simultanément diverses fonctions : notaire royal, juge, fermier de la châtellenie de Châteauneuf, procureur fiscal, bailli de La Celle-sur-Nièvre, conseiller du roi, commissaire aux saisies réelles du Nivernais... Son petit-fils, Louis Bonnet, sera le premier maire de Châteauneuf.

(21) - 7bre : Septembre.

(22) - forcement : Exercice du droit qui appartient à l'administration de faire payer par ses commis les impôts qu'ils ont négligé de percevoir.

  

 Accueil

 Châteauneuf

Page créée le 23 août 2010. - Dernière mise à jour le 17 avril 2017.

© Cahiers du val de Bargis