Châteauneuf, 1762 : Bail de la maison du Bazin pour 33 livres par an ; maison dotée de tout le confort moderne : carralage, vitres, cheminée, four, lavoir et, surtout, "cabinet de comodittez"... (0)

Cote : 3 E 8 / 10 - Minutes du notaire J.-B. Bonnet (Châteauneuf-Val-de-Bargis)

 

1 - Ce jour d'huy dix sept du mois de may

2 - mil sept cent soixante deux

3 - pardevant le notaire au duché de

4 - Nivernois resident en ce bourg de Chateauneuf

5 - au val de Bargis fut present sieur Gaspard

6 - Brossard (1) marchand demeurant en ce

7 - bourg de Chateauneuf, lequel

8 - volontairement a reconnu et confessé

9 - avoir baillé et delaissé, bail et

10 - delaisse par ses presentes à titre de

11 - bail à ferme et prix d'argent pour

12 - le temps, terme et espace de neuf annez

13 - qui onts commancé le premier de ce

14 - mois et promet faire jouir pendant

15 - ledit temps à Philippe Bonnet marchand

16 - boucher demeurant au village des

17 - Taulles paroisse dud[it] Chateauneuf present

18 - stipulant et acceptant. C'est à

19 - scavoir une maison (2) au bourg dud[it]

20 - Chateauneuf ce consistant en une

21 - chambre à feu (3) ou il y a un four

22 - avec un petit lavoir, un (cabinet)

23 - à costé de lad[it]e chambre, un volaillier (4),

24 - le cabinet de comodittez (5), la motié du

25 - du jardin à le prendre du costé du

26 - midy, plus un petit toit à porcs (6)

27 - attenant la grange de laditte

28 - maison, le tout appelé le domaine

29 - Bazain (7), à la charge par le preneur de

30 - laisser passer le s[ieu]r Gaind ou autre

31 - qui auroient sa place, pour cuire

32 - aller au jardin et pour cuire dans

33 - led[it] four (+ : comme aussy à la charge par led[it] preneur d'entretenir les (vistres) et le carlage de lad[it]e maison), ainsi qu'au comodittez.

34 - Le present bail ainsy fait pour et

35 - moyenant le prix et somme de trante

36 - trois livres par chacun an, payable

37 - motié à Noel et l'autre motié aud[it] jour

38 - premier may et ainsy continuer

39 - d'annez à autres jusqu'en fin du

40 - present bail ; a esté convenu

41 - entre les partyes qu'elles pouront

42 - resilier les trois dernieres annez

43 - du present bail en s'avertissant

44 - respectivement trois mois auparavant

45 - l'echeance de la sixieme annez.

46 - Tout ce que dessus a esté

47 - stipullé et accepté par les partyes

48 - qui se sont obligez respectivement

49 - scavoir le s[ieu]r bailleur de faire jouir

50 - le preneur et luy au payement du

51 - prix dud[it] bail. Car ainsy &

52 - fait et passé les an et jour que dessus

53 - et a led[it] Philippe Bonnet declaré ne

54 - scavoir signer et encore fait en

55 - presence de Jean Picollet marguillier (8)

56 - et de Jean-Baptiste Poubeau marchand

57 - demeurants au bourg dud[it] Chateauneuf

58 - temoins qui ont signez ; soit con[trô]lé.

 

Brossard - Poubeau - Bonnet (9)

 

59 - Con[trô]lé à Donzy le 31. may 1761

60 - R[eçu] 6 s[ols] 3 d[eniers]. Dagot.

 

Notes et vocabulaire

(0) - Par convention et pour en faciliter la lecture, le texte original a subi diverses retouches : ajout de majuscules aux noms propres, accents, apostrophes et autres signes de ponctuation indispensables à la compréhension ; développement des abréviations ; suppression des majuscules superflues ; séparation des mots accolés... En revanche, l'orthographe n'a pas été corrigée. Les mots entre parenthèses sont incertains.

(1) - sieur Gaspard Brossard : Originaire de Beaumont,Gaspard Brossard est marchand de bois. C'est à la suite de son mariage qu'il s'est installé dans une des maisons du bourg. Il y dispose d'un personnel domestique. Sans grand risque de se tromper, on imagine qu'il figure au nombre des notables locaux. Quelques années plus tard, les registres mentionnent ses fonctions de notaire et de procureur fiscal (officier de justice, c'est-à-dire le pendant, à l'échelon seigneurial, du procureur du roi). C'est un des plus gros contribuables castelneuviens.

(2) - maison : Nous sommes en présence d'une sous-location. Quelques semaines plus tôt, Gaspard Brossard a signé un bail avec les chartreux de Bellary pour le domaine du Bazin (voir ici). Ce domaine est situé en plein bourg mais Gaspard Brossard n'a pas besoin de la maison normalement dévolue au fermier puisqu'il habite déjà le bourg. Il sous-loue donc cette dernière, dont on note, au passage, le confort. C'est une maison de construction récente (dix ans).

(3) - chambre à feu : Pièce fermée dans laquelle se trouve une cheminée.

(4) - volaillier : Poulailler.

(5) - cabinet de comodittez : Cabinet de toilette.

(6) - toit à porcs : Soue.

(7) - domaine Bazain : Le Bazin est (était) un domaine situé au coeur du bourg de Châteauneuf, face à l'église, s'étendant sur une dizaine d'hectares : terres labourables et non labourables, prés, pâtureaux, jardin, chènevière... La culture principale est le blé. On y trouve divers bâtiments, dont un " grand corps de logis " où loge le fermier, une grange, une écurie, le tout ouvrant sur une cour et le " grand chemain " allant de La Charité à Varzy.

Le corps de logis du Bazin est certainement l'une des constructions les plus importantes du bourg. Le domaine s'agrandit en 1751 d'une " chambre " dotée de tout le confort moderne (carrelage, vitres, cheminée, four, lavoir, cabinet de commodité...). Cette chambre est généralement louée. Le Bazin abrite également, au moins pendant quelques années un cabaret (1738).

Selon l'abbé Charrault, l'évêque d'Auxerre fait don, en 1220, d'une vigne et d'une métairie situées à Châteauneuf aux chartreux de Bellary qui sont à l'origine, toujours selon l'abbé, du domaine du Bazin. On sait cependant que le domaine appartient en 1656 à la dame de Ménestreau puis, à la fin du XVIIe siècle au marquis de Menou, lequel le vend le 5 février 1700 aux religieux, qui le conservent jusqu'à la Révolution. Le 28 février 1791, le domaine du Bazin est acquis par Louis Bonnet, alors maire de Châteauneuf, pour la somme de 16 300 livres (prix de vente six fois inférieur à celui de la chartreuse de Bellary).

(8) - Jean Picollet marguillier : Châteauneuf compte à l'époque trois familles Picolet : une famille de drapiers, une famille de charbonniers et une famille de marchands et de gens de loi. C'est à la famille de charbonniers que se rattache Jean Picolet, manoeuvre, charbonnier, marguillier. Comme son homonyme aubergiste-cabaretier, Jean Picolet appose assez souvent, lui aussi, sa signature sur les actes du notaire Bonnet.

(9) - Bonnet : Né à Cessy-les-Bois, descendant d'une famille d'officiers seigneuriaux, le notaire Jean-Baptiste Bonnet (1710 / 1801) est certainement, au XVIIIe siècle, le plus en vue des notables de Châteauneuf. A l'exception d'une période de dix ans, pendant laquelle il habite à Nevers, paroisse Saint-Etienne, il y réside la plus grande partie de sa vie, dans une maison située face à l'église. Il connaît une longue et belle carrière, occupant successivement ou simultanément diverses fonctions : notaire royal, juge, fermier de la châtellenie de Châteauneuf, procureur fiscal, bailli de La Celle-sur-Nièvre, conseiller du roi, commissaire aux saisies réelles du Nivernais... Son petit-fils, Louis Bonnet, sera le premier maire de Châteauneuf.

  

xxxx La page du Bazin

 

 Accueil

 Châteauneuf

Page créée le 23 juillet 2009. Dernière mise à jour le 17 avril 2017.

© Cahiers du val de Bargis