Châteauneuf, 1748 : Marché pour la construction d'une maison de 70 m² à Tresseux, Châteauneuf-Val-de-Bargis, moyennant 180 livres. (0)

Cote : 3 E 8 / 4 - Minutes du notaire Jean-Baptiste Bonnet (Châteauneuf-Val-de-Bargis)

 

Le Tresseux - Châteauneuf-Val-de-Bargis (Nièvre)

 

1 - Ce jour d'huy trantieme jour

2 - du mois de juin mil

3 - sept cent quarante huit apres midy

4 - et pardevant le notaire au duché

5 - de Nivernois residant en la pa[roi]sse

6 - de Chateauneuf au val de Bargis

7 - furent presents en leurs personnes

8 - Martain Claudet laboureur dem[eurant]

9 - au village de Tresseux (1) paroisse dudit

10 - dudit Chateauneuf, et Almain

11 - Bourderon m[aîtr]e masson du pays

12 - de La Marche paroisse de La Selle du

13 - Noize (2) de present audit Chateauneuf,

14 - lesquels onts fait et font le

15 - marché qui scuit. C'est à scavoir

16 - que ledit Bourderon a promis de

17 - faire de son metier de masson

18 - une maison qui sera scituez aud[it]

19 - village de Tresseux dans la place que

20 - led[it] Claudet luy indiquera, laquelle

21 - sera composée de trante piedz (3) de dehors

22 - en dehors de longueur, sur vingt

23 - deux de large aussy de dehors en

24 - dehors, de dix à douze piedz de goutereau (4)

25 - lequel mur portera vingt poulces (5)

26 - d'aipaisseur et les pignons vingt deux

27 - poulces, à raison de quarante cinq sols

28 - par chacune toize (6) tant plain que

29 - vide, et ne sera tenu led[it] Bourderon

30 - de faire que trois portes de pierre de

31 - taille dont les quartiers (7) seront voiturez

32 - sur place, lesquels quartiers sortiront

33 - de la perriere de Donzy ou de celle de

34 - Malrot ; et de laquelle maison led[it]

35 - m[aîtr]e masson ne sera teneu de

36 - faire aucun dedans (8) à icelle maison

37 - plus une croisée (9) aussy de pierre de

38 - taille qui aura trois pieds de hauteur

39 - sur deux pieds de large, et une bassye (10)

40 - et un placard en bois qui sera fourny

41 - par led[it] Claudet ; de laquelle maison

42 - ledit Claudet sera tenu de mettre

43 - tous materaux sur place, et ou ledit

44 - Bourderon commansera le lundy de

45 - Quazimodo (11) de l'année prochaine

46 - que l'on comptera mil sept cent quarente

47 - neuf (# : les partyes ont evallué l'emolument du present marché la so[mm]e de cent quatre vingt livres). Tout ce que dessus a esté

48 - et accepté par lesdittes partyes. Car

49 - ainsy & fait en presence de m[aîtr]e

50 - Philippe Picollet praticien (12) et de

51 - François Picq (13) marchand tous demeurant

52 - audit Chateauneuf themoins qui

53 - onts signez, les dittes partyes ayant

54 - declaré ne scavoir signer d'eux enquis

55 - et interpellé ; soit controllé ; sera teneu

56 - led[it] Claudet de delivrer une grosse (14) des

57 - presentes à ses frais.

Picollet - Pic - Bonnet (15)

 

58 - Con[trô]lé à Donzy le treize juillet

59 - 1748. R[eçu] : 24 s[ols]

 

Dagot

 

Notes et vocabulaire

(0) - Par convention et pour en faciliter la lecture, le texte original a subi diverses retouches : ajout de majuscules aux noms propres, accents, apostrophes et autres signes de ponctuation indispensables à la compréhension ; développement des abréviations ; suppression des majuscules superflues ; séparation des mots accolés... En revanche, l'orthographe n'a pas été corrigée. Les mots entre parenthèses sont incertains.

(1) - Tresseux : Hameau-fantôme perdu dans les bois, "bout du monde" de Châteauneuf, domaine isolé, mais toujours exploité, installé dans un cadre exceptionnel.

À la fin du XVIIe siècle, Tresseux semble se résumer à une métairie, appartenant à un bourgeois de Cessy-les-Bois et tenue par une communauté de sabotiers, mais, dès le début du XVIIIe siècle, il est question du village de Tresseux.

Cent ans plus tard, Tresseux constitue un véritable hameau, regroupant une douzaine de familles et autant de maisons, installées au pied d'un fort dont il ne reste aujourd'hui que le souvenir.

Le toponyme Tresseux renvoie sans doute à ses premiers habitants, dont on imagine qu'il devait s'agir d'une famille de vanniers, de tresseux. Cette étymologie - trop simple ? - n'est pas retenue par l'abbé Charrault dans son Histoire de Châteauneuf, qui avait peut-être ses raisons.

Page consacrée à Tresseux

(2) - La Selle du Noize : La Celle-Dunoise, petite ville située à environ deux cents kilomètres de Châteauneuf, près de Guéret ; la province de la Basse-Marche est une ancienne province située aux confins du Limousin ; Châteauneuf abrite, à cette époque, une petite communauté de charpentiers originaires de cette ville, apparentés les uns aux autres.

(3) - piedz : Le pied vaut 0, 324 mètre.

(4) - goutereau : Gouttière, vraisemblablement ; le mur gouttereau est le mur de façade reliant les murs pignons, et portant une gouttière ou un chéneau.

(5) - poulces : Ancienne mesure de longueur, le douzième du pied, soit 27, 07 mm.

(6) - toize : Ancienne mesure de longueur, d'une valeur de 1 m 94 (toise de Nevers).

(7) - quartiers : Blocs.

(8) - ne sera teneu de faire aucun dedans : Il n'est en effet question ni d'un mur de refend ni d'un four ni d'une cheminée.

(9) - croisée : Fenêtre.

(10) - bassye : Bassie ; évier de pierre dans l'embrasure de la fenêtre.

(11) - lundy de Quazimodo : Le lundi de la Quasimodo, premier lundi après Pâques.

(12) - praticien : Personne qui peut remplir d'ordinaire le rôle de témoin auprès d'un homme de loi car connaissant la pratique, la procédure.

(13) - François Pic : Originaire de Beaumont-la-Ferrière, praticien, François Pic (~ 1709 / 1780) est souvent appelé à contresigner les actes du notaire Bonnet. Aubergiste-cabaretier-boulanger, il exerce son métier en plein bourg - où son établissement se reconnaît à son "bouchon", une branche de feuillages accrochée au-dessus de l'entrée en guise d'enseigne.

(14) - une grosse : Copie d'une décision de justice ou d'un acte notarié comportant la formule exécutoire. Elle est nécessaire à l'huissier pour qu'il remplisse sa mission. Son origine remonterait à l'époque où les commis étaient payés à la page. Ils étaient, bien évidemment, tentés d'adopter un système d'écriture où les lettres étaient plus grosses que de coutume. (Pratique de paléographie moderne - Alain Fournet-Fayard - Publications de l'université de Saint-Etienne)

(15) - Bonnet : Né à Cessy-les-Bois, descendant d'une famille d'officiers seigneuriaux, le notaire Jean-Baptiste Bonnet (1710 / 1801) est certainement, au XVIIIe siècle, le plus en vue des notables de Châteauneuf. A l'exception d'une période de dix ans, pendant laquelle il habite à Nevers, paroisse Saint-Etienne, il y réside la plus grande partie de sa vie, dans une maison située face à l'église. Il connaît une longue et belle carrière, occupant successivement ou simultanément diverses fonctions : notaire royal, juge, fermier de la châtellenie de Châteauneuf, procureur fiscal, bailli de La Celle-sur-Nièvre, conseiller du roi, commissaire aux saisies réelles du Nivernais... Son petit-fils, Louis Bonnet, sera le premier maire de Châteauneuf.

  

 Accueil

 Châteauneuf

Page créée le 21 juillet 2009. Dernière mise à jour le 21 juillet 2014.

© Cahiers du val de Bargis