Châteauneuf, 1747 : Cession d'héritages au sein d'une communauté de laboureurs installée à Tresseux, qualifié de "village". Le montant de la transaction - soixante livres - est tout de même étonnamment élevé pour une portion de grange. (0)

Cote : 3 E 8 / 5 - Minutes du notaire Jean-Baptiste Bonnet (Châteauneuf)

 

1 - L'an mil sept cent quarente sept

2 - le dix sept du mois de decembre apres midy

3 - et pardevant le notaire au duché de Nivernois residant

4 - en la paroisse de Chateauneuf au val de Bargis

5 - fut present en sa personne Martain Glaudet (1)

6 - laboureur demeurant au village de Tresseux (2) paroisse

7 - dudit Chateauneuf fils et heritier de deffunt Eugin

8 - Claudet et Margueritte Cire ses pere et mere

9 - et à son authorité Marie Darriaux sa femme

10 - sous laquelle authorité renoncente au benefice

11 - de division et ordre de discution (3) même au 14e art[icle] (4)

12 - de la coutume de Nivernois titre des droits

13 - de gens mariez à elle donnez à entendre par

14 - le juré soussigné qu'elle a dit bien entendre

15 - et comprendre et d'abondant (5) elle y renonce

16 - lesquels de leurs grez et volontez sans force ni

17 - contrainte onts reconneu et confessé avoir vendeu

18 - ceddé quitté et delaissé et par ses presentes ils

19 - vendent ceddent quittent et delaissent avec

20 - promesse de garentir et faire valloir à peine &c

21 - à Loup Loizeau (# : lab[oureu]r) mary et m[aît]re des actions de

22 - Eugene Claudet sa femme, Etienne Durand lab[oureu]r

23 - mary et maitre des actions de Jeanne Claudet

24 - sa femme et André Claudet aussy lab[oureu]r

25 - tous demeurants audit lieu de Tresseux pa[roi]sse

26 - dudit Chateauneuf presants stipulants et

27 - acceptants, lesdits Loizeau et Durand acquereurs

28 - pour chacun une teste (6) avec led[it] André Claudet.

29 - C'est à scavoir les parts et portions d'une grange

30 - scituez audit village de Tresseux ce concistant en

31 - une cinquieme au total de la ditte [grange] avec ses aisances cour

32 - devant, tenant de touttes parts ausd[its] acquereurs à la

33 - reserve d'une encougneure (7) qui tient du couchant

34 - à Pierre Noizet ; la presente vente ainsy faitte

35 - franche et quitte de touttes dettes hipotecques

36 - et generallement de tous empechement quelconque

37 - sauf et à la reserve des cens et rente (8) düs sur la ditte [grange]

38 - à l'avenir aux seigneurs (9) de qui elle relevra à

39 - l'avenir quitte des arrerages du passé (10) jusqu'à

40 - ce jour et en outre pour et moyenant le

41 - prix et somme de soixante livres, laquelle

42 - somme a esté presentement et comptant

43 - payée à la vüe du notaire et temoins en espece

44 - monoye ayant cours dans ce royaume

45 - et à ce moyen se sont lesdits vendeurs demis

46 - devesteu demis et desaisy pour et au proffit

47 - desdits acquer[eurs] qu'ils onts vesteu saisy &

48 - et mis en bonne et paisible possession reelle

49 - et actuelle comme sa propre chose

50 - loyallement acquise et bien payez

51 - et ont esté les vins beus (11) au sol

52 - la livre (12) entre les partyes pour raison

53 - de la presente vente. Car ainsy &

54 - promettant & obligeant & renonceant

55 - & fait en presence de Pierre Hugon (13)

56 - huissier et de Mathieu Paget (14) praticien (15)

57 - demeurants audit Chateauneuf et St Mallot

58 - themoins qui onts signez, lesdittes

59 - partyes partyes ayant declarez ne sçavoir

60 - signer d'eux enquis et interpellé soit

61 - controllé et insinué (16) outre ce que dessus

 

M. Paget - Hugon - Bonnet (17)

 

62 - Con[trô]lé et insinué à Donzy le 23 Xbre

63 - 1747. R[eçu] : 36 s[ols]. Dagot

 

 

Notes et vocabulaire

(0) - Par convention et pour en faciliter la lecture, le texte original a subi diverses retouches : ajout de majuscules aux noms propres, accents, apostrophes et autres signes de ponctuation indispensables à la compréhension ; développement des abréviations ; suppression des majuscules superflues ; séparation des mots accolés... En revanche, l'orthographe n'a pas été corrigée. Les mots entre parenthèses sont incertains.

(1) - Glaudet : Erreur du notaire ; il faut lire Claudet. Tous les Claudet de l'acte sont très certainement frères et soeurs. L'un d'eux se retire et vend la part lui appartenant dans une grange héritée de leurs parents.

(2) - Tresseux : Hameau-fantôme perdu dans les bois, "bout du monde" de Châteauneuf, domaine isolé, mais toujours exploité, installé dans un cadre exceptionnel.

À la fin du XVIIe siècle, Tresseux semble se résumer à une métairie, appartenant à un bourgeois de Cessy-les-Bois et tenue par une communauté de sabotiers, mais, dès le début du XVIIIe siècle, il est question du village de Tresseux.

Cent ans plus tard, Tresseux constitue un véritable hameau, regroupant une douzaine de familles et autant de maisons, installées au pied d'un fort dont il ne reste aujourd'hui que le souvenir.

Le toponyme Tresseux renvoie sans doute à ses premiers habitants, dont on imagine qu'il devait s'agir d'une famille de vanniers, de tresseux. Cette étymologie - trop simple ? - n'est pas retenue par l'abbé Charrault dans son Histoire de Châteauneuf, qui avait peut-être ses raisons.

Page consacrée à Tresseux

(3) - au benefice de division et ordre de discution : Les garants renoncent donc à des dispositions avantageuses ; le bénéfice de division leur aurait en effet permis de contraindre un éventuel créancier à diviser son action contre eux et à ne les poursuivre que pour leur part et portion ; quant à l'ordre de discussion, il aurait imposé à ce même créancier, cherchant à recouvrer son dû, d'exercer préalablement son action à l'encontre du débiteur principal.

(4) - même au 14e art[icle] : Cet article de la Coutume du Nivernais stipule que " la veuve demeure quitte des dettes de la communauté, faites par les deux conjoints ou l'un d'eux, quelque hypothèque qu'il y ait, quand, étant au lieu où est décédé son mari, elle renonce dans les 24 heures aux biens de son dit mari, en présence du juge ordinaire du lieu ou autre compétent, et fait serment solennel de mettre en évidence les biens délaissés par son dit mari pour en faire inventaire. Si elle n'est pas au dit lieu, elle sera tenue à l'effet dessus dit, faire ce que dit est par devant le juge ordinaire du lieu où elle sera, dedans 24 heures après que le décès de son dit mari sera venu à sa connaissance, et sera tenue notifier la dite renonciation aux hérietiers de son dit mari. "

(5) - d'abondant : Expression signifiant qu'elle réitère sa décision de renoncer au bénéfice de l'article 14 de la coutume du Nivernais.

(6) - pour chacun une teste : Pour chacun une tête ; l'utilisation de cette formule donne à penser que les Claudet constituent une communauté, selon un usage alors fort répandu dans la région.

(7) - encougneure : Encoignure.

(8) - cens et rentes : Redevances dues au seigneur.

(9) - seigneurs : Ces seigneurs ne sont pas nommés mais on sait que quelques décennies plus tôt le Tresseux dépendait du prieuré de Cessy-les-Bois.

(10) - arrerages du passé : Paiements restant dus.

(11) - ont esté les vins beus : On trinque, vraisemblablement, une fois le marché conclu - d'autant plus que l'acte notarié est parfois signé au cabaret - mais les "vins" dont il est question ici correspondent en fait à une somme d'argent qui se donne par manière de présent au-delà du prix qui a été convenu pour le marché.

(12) - au sol la livre : Au prorata, à proportion (soit, ici, 3 livres).

(13) - Pierre Hugon : A ce jour, on sait peu de choses de cet huissier sinon qu'il vit au bourg. La seule trace qu'il ait laissée est sa signature.

(14) - Mathieu Paget : On retrouve celui-ci quelques années plus tard procureur fiscal du seigneur de Fonfaye (Châteauneuf).

(15) - praticien : Personne qui peut remplir d'ordinaire le rôle de témoin auprès d'un homme de loi car connaissant la pratique, la procédure.

(16) - insinué : Inscrit dans un registre prévu à cet effet.

(17) - Bonnet : Né à Cessy-les-Bois, descendant d'une famille d'officiers seigneuriaux, le notaire Jean-Baptiste Bonnet (1710 / 1801) est certainement, au XVIIIe siècle, le plus en vue des notables de Châteauneuf. A l'exception d'une période de dix ans, pendant laquelle il habite à Nevers, paroisse Saint-Etienne, il y réside la plus grande partie de sa vie, dans une maison située face à l'église. Il connaît une longue et belle carrière, occupant successivement ou simultanément diverses fonctions : notaire royal, juge, fermier de la châtellenie de Châteauneuf, procureur fiscal, bailli de La Celle-sur-Nièvre, conseiller du roi, commissaire aux saisies réelles du Nivernais... Son petit-fils, Louis Bonnet, sera le premier maire de Châteauneuf.

 

 Accueil

 Châteauneuf

 Page créée le 5 décembre 2010. Dernière mise à jour le 21 juillet 2014.

© Cahiers du val de Bargis