Châteauneuf, 1735 : Contrat de mariage de Louis Maujean, manoeuvre originaire de Donzy, et de Marie Cendre, fille d'un manoeuvre de Tresseux (Châteauneuf-Val-de-Bargis). Apport de chacun des futurs époux : 30 livres. Au bout d'un an et un jour de vie et d'habitations communes, la communauté sera constituée. (0)

Cote : 3 E 8 / 157 - Minutes du notaire Leteur (Colméry)

 

 

1 - L'an mil sept cens trente cinq le septiesme jour du mois

2 - de fevrier avant midy au lieu de Tresseux (1) en la justice de Cessy

3 - pardevant le notaire au bailliage dudit Cessy residant à Colmery

4 - soussigné furent presents Louis Maujean ma[noeuv]re dem[euran]t à Donzy

5 - fils de defuncts Edme Maujean et d'Eugenie (Gailleu) ses

6 - pere et mere majeur d'ans (2) ainsy qu'il l'a declaré, assisté et

7 - accompagné de ses parents et amis cy aprés nomméz pour luy

8 - d'une part, et Marie Cendre fille de Nicolas Verain Cendre et de

9 - et de Marie Moutot ses pere et mere dem[euran]ts aud[it] lieu de Tresseux

10 - p[aroi]sse de Chastel neuf, procedante à l'autorité de sesd[its] pere et mere qui pour

11 - ce presents ont departy lad[ite] autorité pour elle d'autre part, lesquels Louis

12 - Maujan et Marie Cendre sous les autoritées cy dessus volontairement ont

13 - fait et font entre eux les contract, convenances et communeauté de mariage (3)

14 - en la forme et maniere qui ensuit. C'est assavoir qu'ils ont promis et promettent

15 - se prendre et avoir l'un l'autre en foy et loyauté de mariage ce jourd'huy

16 - en nom, foy et loyauté de mariage s'il plaist à Dieu et à notre mere sainte

17 - eglise catholique, apostolique et romaine, et led[it] mariage etant fait

18 - et solemnisé (4) les futurs epoux seront uns et communs (5) en biens meubles

19 - faits, meubles et conquets à faire, suivant la Coutume (6) ; pour acquerir

20 - le droit de laq[uel]le com[munau]té de la part du futur, il apportera et melengera

21 - en icelle ses droits successifs mobiliers à luy echeus par les deceds

22 - de sesd[its] pere et mere avec le revenu de ses immeubles (7), le surplus

23 - de ses autres biens luy sortira nature de propres (8) à luy et aux siens

24 - de son estoc, tronc et ligne (9) ; lesquels droits mobiliers cy dessus les

25 - parties ont dit esttre de valleur de la somme de trente livres ;

26 - et de la part de lad[ite] future pour acquerir mesme droit de communeauté

27 - avec led[it] futur, lesdits Verain Cendre et Marie Moutot ses pere et mere

28 - luy ont constitué en dot ces avancement d'hoirie (10) et sur leurs futures successions

29 - la somme de trente livres en argent et meubles à leur choix

30 - qu'ils ont promis et se sont solidairement obligez de luy payer dans d'huy

31 - en trois ans (11) ; le surplus de ses autres biens luy sortira nature de propres

32 - à elle et aux siens de son estoc, tronc et ligne ; le futur a doué et doue (12)

33 - la future de la somme de quarante livres de douaire (13) prefix

34 - sans hoirs de leurs corps et avec enfans demeurera reduite de moitié ;

35 - arrivant dissolution de lad[ite] communeauté par le deces du futur avant lad[ite]

36 - future, icelle future aura le choix de suivre lad[ite] communeauté ou d'y

37 - renoncer ; pour quoy faire elle aura le tems de l'ordonnance (14) pendant lequel

38 - elle vivra aux depens de lad[ite] communeauté sans diminution de ses droits

39 - ni que cela luy puisse imputter aucun acte de commune (15) ; faisant laquelle

40 - renonciation elle prendra et emportera tout ce qu'elle aura porté en

41 - lad[ite] communeauté ou qui à cause d'elle y sera entré avec

42 - son doüaire, franc et quitte de toutes dettes quoy qu'elle y fust obligée,

43 - condamnée ou y eust presté consentement ce qui sera transmissible

44 - aux enfants qui naitront dudit mariage ; le surplus du present

45 - les futurs ne pouront acquerir de communeauté avec led[it] Verain Cendre (16)

46 - et sa femme qu'apres l'an et jour dud[it] mariage (17) et de demeure actuelle

47 - avec eux apres lequel tems les parties composeront lad[ite] com[munau]té

48 - comme ils aviseront ; le surplus du present contract non ecrit sera

49 - regy et gouverné suivant la coutume dont acte. Car ainsy &

50 - promettant & obligeant & renonçant & fait, leu et passé les an

51 - et jour que dessus en presence et du consentement de Edme Maujan

52 - frere du futur, Philippe Livrain son beau frere à cause de Francoise

53 - Maujan sa femme, Nicolas Cendre frere de la future, Jean Champagne

54 - son cousin, Guy Rignault son oncle, Joseph Cendre son frere, Nicolas

55 - Cendre le jeune aussy son frere, Eugin Cendre son cousin, Jean

56 - Bonnet son cousin, Verain Moutot aussy son cousin, tous demeurant

57 - en p[aroi]sses de Saint Martin Dupré, Saint Malo et Chastel neuf

58 - et encore en presence du s[ieur] Alexis Renaudot marchand dem[euran]t en la

59 - p[aroi]sse de Cessy temoin, les futurs et autres parents sus nommez ont

60 - declaré ne scavoir signer de ce enquis.

 

Renaudot - Leteur (18)

 

61 - Controllé à Donzy

62 - Le onze fev[ri]er 1735 - R[eçu] : 12 s[ols]

Dagot

 

Notes et vocabulaire

(0) - Par convention et pour en faciliter la lecture, le texte original a subi diverses retouches : ajout de majuscules aux noms propres, accents, apostrophes et autres signes de ponctuation indispensables à la compréhension ; développement des abréviations ; suppression des majuscules superflues ; séparation des mots accolés... En revanche, l'orthographe n'a pas été corrigée. Les mots entre parenthèses sont incertains.

(1) - Tresseux : Hameau-fantôme perdu dans les bois, "bout du monde" de Châteauneuf, aujourd'hui abandonné des hommes (?) et méritant la promenade. Au début du XIXe siècle, Tresseux constitue un véritable hameau, regroupant une dizaine de familles et autant de maisons, mais, un siècle plus tôt, il se réduit à un simple domaine appartenant à un bourgeois de Cessy-les-Bois et longtemps tenu par une communauté de sabotiers. Le toponyme Tresseux renvoie sans doute à ses premiers habitants, dont on imagine qu'il devait s'agir d'une famille de vanniers, de tresseux. Cette étymologie - trop simple ? - n'est pas retenue par l'abbé Charrault dans son Histoire de Châteauneuf, qui avait peut-être ses raisons.

(2) - majeur d'ans : Ayant plus de 25 ans.

(3) - les contract, convenances et communauté de mariage : Voici l'acte de mariage, célébré à Châteauneuf : L'an mil sept cent trente cinq le septième jour du mois de fevrier apres les publications faites dans cette eglise à la messe de paroisse des trois bans du futur mariage d'entre Louis Maugent maneuvre fils de deffunt Edme Maugent vivant maneuvre et de deffunte Eugénie Gailleur ses pere et mere, et Marie Cendre fille de Vrain Cendre Maneuvre et Marie Moutot ses pere et mere tous deux de cette paroisse le vingt trois, trente janvier, et deux fevrier jours de dimanches et de feste, sans qu'il y ait eu aucune opposition ou empeschement, les fiançailles celebrées le quatrieme fevrier dans cette eglise, jé curé de Chasteauneuf soussigné reçu d'eux leur mutuel consentement de mariage et je leur ay donné la benediction nuptiale, fais les ceremonies accoutumées et celebré le mariage dans l'eglise de cette paroisse en presence de Edme Maugent maneuvre p[aroi]sse de St Martin Philippe Livrin maneuvre de cette paroisse Vrain Cendre maneuvre et Jean Bonnet maneuvre de cette paroisse et plusieurs autres qui ont declaré ne scavoir signer de ce düement par moy enquis selon l'ordonnance

De Mullot

(4) - solemnisé : Célébré.

(5) - uns et communs : L'existence de communautés dites taisibles (qui ne sont pas fondées sur un contrat écrit mais relèvent de la coutume) est un phénomène caractéristique du Nivernais sous l'Ancien Régime ; ces communautés se composent d'un nombre variable d'individus, généralement unis par des liens de proche parenté et dont le rôle ou la force de travail est évalué en têtes ; trois jeunes enfants, par exemple, valent une tête ; un homme dans la force de l'âge vaut également une tête ; dans toute communauté, il y a un chef ou un maître (ici, vraisemblablement, Vrain Cendre - alors âgé de 64 ans).

(6) - suivant la Coutume : Droit, non-écrit ou codifié tardivement, propre au Nivernais et formé par un ensemble de règles juridiques (régissant les affaires publiques comme les affaires privées) établies sur des usages locaux, règles qui ont force de lois, sans avoir été promulguées comme telles, pour autant qu'elles soient acceptées par tout le groupe intéressé. (TLF)

(7) - meubles et immeubles : Biens que l'on peut déplacer (objets mais aussi animaux) ; à l'inverse, les terres et les bâtiments, attachés au sol, sont des biens immeubles ; ce sont évidemment ces derniers qui constituent l'élément principal du patrimoine.

(8) - sortir nature de propre : Qui seront réputés et partagés comme un bien propre (expression notariale).

(9) - de son estoc, tronc et ligne : De sa souche, tronc, ligne.

(10) - hoirie : Héritage.

(11) - dans d'huy en trois ans : Pourquoi ce délai ? Les parents de Marie Cendre sont-ils dans l'impossibilité de réunir cette somme ? Ou s'agit-il d'une simple précaution ?

(12) - a doué et doue : A donné et donne un douaire.

(13) - douaire : Portion de biens qui est donnée à une femme par son mari à l'occasion du mariage, dont elle jouit pour son entretien après le décès de son mari, et qui descend après elle à ses enfants.

(14) - le tems de l'ordonnance : L'ordonnance royale d'avril 1667 accorde à la veuve trois mois pour faire l'inventaire et quarante jours pour délibérer.

(15) - sans [...] cela luy puisse imputter aucun acte de commune : Sans qu'elle perde pour autant le droit de renoncer à ladite communauté au terme du délai prévu par l'ordonnance.

(16) - Verain Cendre : Vrain Cendre, alors âgé de 65 ans, est vraisemblablement le chef de cette communauté. Il fut successivement ferteur (c'est-à-dire peigneur de chanvre), sabotier et manoeuvre et eut au moins 9 enfants. (voir sa généalogie)

(17) - qu'apres l'an et jour dud[it] mariage : La communauté se formait par habitation et vie communes pendant au moins un an et un jour.

(18) - Leteur : Le notaire.

  

 Châteauneuf

 Accueil

Page créée le 11 janvier 2009. Dernière mise à jour le 30 avril 2014.

© Cahiers du val de Bargis