Vielmanay, 1685 : Registre des visites de l'évêque d'Auxerre.

21 G 1 - Archives départementales de la Nièvre

 

Vielmannay (0)

Le lundy 20e desd[its] mois et an (1) nous André Colbert (2) &c so[mm]es partis de la chartreuse de Bellary, accompagnez comme dessus (3), pour aller faire la visite de l'eglise paroissialle de Vielmannay ; ou estant arrivez sur les huit heures du matin, nous so[mm]es descendus proche de l'eglise ; ou nous estant revetus de nos rochet (4) et camail (5), so[mm]es allez à la porte de l'eglise ou nous avons trouvé le sieur curé qui nous a receu en la maniere accoutumée ; et apres les prieres et ceremonies ordinaires, nous avons celebré la s[ain]te messe à l'issüe de laquelle nous avons donné les sacremens de communion et confirmation à tous ceux et celles qui estoient disposez à les recevoir ; apres quoy, nous avons fait les prieres accoutumées pour les morts, tant à l'eglise qu'au cimetiere qui s'estend tout autour de l'eglise et n'est pas fermé de murailles. Il y a une croix de bois au milieu.

De la estant rentrez dans l'eglise, nous so[mm]es allez processionellement aux fonds (6) que nous avons visitez et trouvé qu'ils sont en entrant à gauche, qu'il n'y a qu'un petit bassin d'estain avec son couvercle et un anse de mesme en forme de potager (7), qu'il y a un petit vaisseau de cuivre jaune (8) pour verser l'eau sur la teste de l'enfant et que le couvercle de l'autre bassin ou est l'eau beniste sert pour la recevoir, quoique le tout soit de beaucoup tropt petit. Il n'y a pas de piscine (9), le couvercle est de bois qui est dessus est rompu par un coin ; les s[ain]tes huiles (10) sont dans un mesme vaisseau d'estain de figure ronde dans lequel sont trois ampoules separez.

Aiant demandé les sages femmes, l'on nous dit qu'il n'y en avoit pas ; mais aiant exhorté les femmes de la paroisse à choisir celles d'entre elles qu'elles croyoient capables d'en faire les fonctions, elles ont choisy en nostre presence Gilberte Bonanice aagée d'environ 45 ans (11), Francoise Boulangier femme d'Antoine Charron et Anne Chaälon femme de Loup Gautier, lesquelles ont presté en nos mains le serment ordinaire. La seconde est peu instruite desd[ites] fonctions mais elle a promis d'y faire son possible et sur ce qu'elles ont demandé que leurs droits leur fussent reglez, l'on est convenu de leur payer à raison de huit sols.

Visitant le vaisseau (12) de l'eglise, nous avons remarqué que la nef (13) et le choeur (14) sont voutez mais que la tour du choeur ne l'est pas, qu'il n'y a pas mesme de plancher ; en sorte qu'en entrant dans l'eglise, l'on void toute la charpente du clocher, ce qui fait qu'il y a quelque danger, pouvant tomber quelques thuiles par cet endroit et mesme quelque battant de cloche comme il en est dejia tombé ; la couverture de l'eglise est en estat, si ce n'est qu'il y manque quelques ardoises ; l'entrée de l'eglise est fort mal pavée. Il y a un coin au dessous de la tour ou l'on fait du feu, ou l'on boit et mange la veille des morts. Il y a en plusieurs endroits de l'eglise des testes et autres os de mort que le fossoyeur jette de tous costez quand il fait les fosses.

Au milieu de la nef sont deux autels (15) qui sont hors d'oeuvre et avancent beaucoup dans le passage, l'un du costé de l'epitre (16) qui est ste Catherine et l'autre du costé de l'évangile qui est celuy de ste Agathe ; l'on nous dit que les tables d'autel sont consacrez (17) ; celle de l'autel de ste Catherine est rompüe au coin ; la chaire du predicateur (18) est du costé de l'evangile ; à costé de lad[ite] chaire est la chapelle de la Vierge ou il y a pour retable (19) deux grandes figures en relief de N[otre] D[ame] et de ste Anne ; l'autel est assez propre. Il n'y a pas de marbre consacré mais il y a des croix à la table d'autel que l'on nous a dit estre consacrée. Il y a dans lad[ite] chapelle un banc que l'on nous a dit estre à Mons[eigneu]r de Pivotins qui a un fief dans lad[ite] paroisse nommée Mannay ; lad[ite] chapelle est voutée mais la voute menace ruine et il y pleut ; du costé de l'epitre est la chapelle de st Georges sans ornemens ; il n'y a pas mesme de retable mais seulement deux corbeaux de pierre qui sont peintz mais il n'y a pas de figure dessus et nous avons dit aud[it] s[ieu]r curé et aux fabr[iciens] (20) de les faire oster ; au coin de l'epitre est une piscine et à costé un confessional (21) ; du costé de l'evangile est une tombe eslevée de terre d'environ deux pieds ; l'on n'a put nous dire à qui elle est ; à costé de celle cy, il y a un autre qui est eslevée d'environ un pied, que l'on nous a dit estre d'un ancien curé.

Il n'y a pas de sacristie mais on se sert de l'espace qui est derriere le grand autel et qui est separé du sanctuaire (22) par une cloison de bois toute nüe et sans aucun ornement ; le sanctuaire est separé du choeur par une petite balustrade de bois ; et attendu qu'il estoit dejia plus de midy, nous avons remis la continuation à l'apres disné et nous nous so[mm]es retirez dans une maison particuliere du lieu, n'ayant pas voulu entrer dans la maison dud[it] sieur curé.

Et le mesme jour sur les deux heures de relevée (23), nous so[mm]es retournez à l'eglise accompagnez comme dessus ou estant nous avons fait le salut du saint sacrement (24) ; et apres en avoir donné la benediction au peuple, l'avons visité et remarqué qu'il estoit dans un ciboire (25) d'argent dont la coupe est dorée par dedans par dedans et dans un tabernacle (26) fort vieux, peint et doré par dehors et doublé par dedans ; et ayant demandé les vaisseaux sacrez, le s[ieu]r curé nous a presenté un soleil d'argent (27) dans lequel on expose le s[ain]t sacrement et une boiete d'estain sur laquelle il n'y a pas de croix, qu'il nous a dit servir pour porter le s[ain]t sacrement aux malades des hameaux.

Ensuitte, nous estant assis dans un fauteuil preparé à cet effet au coin du grand autel du costé de l'epitre, led[it] s[ieu]r curé nous a dit, de ce interogé, que le patron de l'eglise est s[ain]t Pierre Esliens (28), qu'elle a esté consacrée y aiant mesme encore des croix et chandeliers aux piliers, que la feste de la dedicace (29) se fait le 20e de may, que le benefice est cure (30), que la presentation (31) appartient au s[ieu]r prieur de Cessy qui se nomme Mr de Vieuxbourg qui est aussy seigneur temporel (32) dud[it] lieu, que luy pourveu se nomme Joseph Bergier natif du diocese de Nevers, prestre depuis 19 ans et curé depuis deux ans, pourveu par mort sur la p[rése]ntation dud[it] s[ieu]r prieur et nostre visa ; aiant veu toutes ses lettres, les avons trouvez en bonne forme ; que le nombre des paroissiens est d'environ 488 ames dont il y en a environ 300 co[mmun]ians, qu'il y a plusieurs maisons eparses et separéez les uns des autres ; que le revenu du benefice est d'environ 400 lt (33) et consiste en la moitié des dixmes (34) de toute la paroisse comme le s[ieu]r prieur de Cessy, ce qui produit environ 300 boisseaux des trois especes de grains (35) par communes annéez, plus 7 boisseléez (36) de terre et un pré qui produit par an environ une charretée de foing, les dixmes entiers de novalles (37), chanvres et aigneaux, une cheveniere (38) appartenante à la cure, une fondation faite par le feu s[ieu]r prieur de Cessy de 300 lt dans laquelle est comprise une maison à charge d'une petite messe tous les vendredys, le droit de passion (39) et le casuel (40) qui monte à environ 20 escus par an. Il paye de decimes ordinaire (41) 21 lt ; quant aux charges, il nous a dit n'en avoir aucunes outre celles qui sont ord[inaires] à tous les curez, si ce n'est la fonda[ti]on susd[ite] et une messe tous les lundys pour les trepassez ; la fabrique luy donne cinq sols de chascunes.

Nous a dit de plus qu'il n'y a ny vicaire (42) ny m[aîtr]e d'escolle ny reliques (43) ny chapelles, que celle qui est dans le fief de Vieux Moulin et n'est qu'une chambre dont on ne se sert pas, n'estant aucunement en estat, et celle de st Laurent qui est proche la chartreuse de Bellary et qui est fort propre, fournie de tout et bien entretenüe par les religieux dud[it] lieu qui en ont soin et y disent quelques fois la messe comme nous l'avons reconnu nous mesme, en aiant fait la visitte ; nous a dit encore qu'il n'y a ny jureurs ny blasphemateurs publics et autres personnes semblables. Il y en a plusieurs parmy ceux qui sont charbonniers, mineurs, chartiers et autres personnes semblables qui jurent par mauvaise habitude. Et sur ce que nous avons sceu qu'autres fois il se faisoit parmy lesd[its] charbonniers et mineurs un serment particulier fort mechant, led[it] s[ieu]r curé nous a asseuré qu'ils n'estoient plus dans cette pratique.

Apres quoy, nous estant informé de la fabrique (44) des proc[ureurs] fabri[ciens], l'on nous a dit qu'elle n'a aucun revenu que la queste qui va à fort peu de chose, et les droits de sepulture en l'eglise qui se payent à raison de trante deux sols pour les grands corps et 16 s[ols] pour les petits (45) ; que le proc[ureur] fabri[cien] qui est en charge depuis le [prem]ier jour de l'an se nomme Antoine Charron, que Edme Moneau l'a ainsy esté mais qu'il n'a pas rendu compte ; qu'il n'y a aucun invantaire des ornemens et linges mais les ayant fait visitter, l'on nous a rapporté qu'il manque un parement d'autel pour les festes solemnelles, quatre corporaux (46), 2 processionels (47) et un psautier (48) et que les belles aubes ont besoin d'estre raccommodéez.

Ensuite, nous avons fait retirer le s[ieu]r curé et ayant demandé aux paroissiens s'ils avoient quelques plaintes à faire contre led[it] s[ieu]r curé, ils nous ont tous dit d'une commune voix qu'ils sont fort scandalisez de sa conduite en ce qu'il est presque tousiours hors de sa paroisse (49) et va dans le lieu de Champlemy ou il demeure dans une maison qu'il dit luy appartenir et dans laquelle il demeure seul avec une femme nommée Dubois ; desquelles frequentations toute la paroisse tant de Vielmanay que de Vielmanay Champlemy est fort scandalizée ; en sorte que quand on le void monter à cheval dans Vielmanay, l'on crie hautement qu'il va voir sa femme à Champlemy. Ils nous ont dit mesme que lad[ite] Dubois venoit quelquefois à la maison dud[it] s[ieu]r curé de Vielmanay mais que sur les menaces que la pluspart des habitans luy ont fait de la maltraiter et l'en chasser si elle y revenoit, qu'elle n'y est pas revenu depuis ; ce qui nous auroit esté pareillement dit à Champlemy lorsque nous y faisions nostre visitte et nous avons veu les plaintes separéez de plusieurs personnes sur ce suiet, nous ayant mesme esté dit par quelques uns d'entre eux que le jour de l'octave du s[ain]t sacrement dernier (50), il n'y eut pas de messe dans la paroisse de Vielmanay à cause de l'absence dud[it] s[ieur] curé et que quand il fait le prosne, l'on ne l'entend pas parler tant il parle bas et ne fait jamais de cathechisme.

Ensuite, aiant fait revenir led[it] s[ieu]r curé, nous luy avons demandé s'il avoit quelques plaintes à faire contre ses paroissiens ; à quoy il nous a repondu qu'ils sont fort negligent à assister à l'office divin et des qu'il commence à prescher, ils sortent tous de l'eglise et mesme qu'ils frequentent les cabarets les jours de dimanche et festes pandant le service et y demeurent quelques fois jusqu'à neuf ou dix heures du soir.

Aiant envoyé visiter le presbitere, l'on nous a rapporté qu'il est en fort bon estat ; qui est tout ce que nous avons appris et observé dans nostre [visite] que nous avons finie par la priere ordinaire pour les trepassez, apres avoir de tout ce que dessus dressé nostre present procez verbal les jour, mois et an que dessus.
André ev[êque] d'Auxerre

Par Monseigneur Gourret

 

Cette visite fut suivie par la publication d'un certain nombre d'ordonnances.

 

Notes et vocabulaire

(0) - Par convention et pour en faciliter la lecture, le texte original a subi diverses retouches : ajout de majuscules aux noms propres, accents, apostrophes et autres signes de ponctuation indispensables à la compréhension ; développement des abréviations ; suppression des majuscules superflues ; séparation des mots accolés... En revanche, l'orthographe n'a pas été corrigée. Les mots entre parenthèses sont incertains.

(1) - lundy 20e desd[its] mois et an : Lundi 20 août 1685.

(2) - André Colbert : Evêque d'Auxerre (1676-1704), parent du fameux ministre de Louix XIV.

(3) - accompagnez comme dessus : L'évêque d'Auxerre a quitté son château de Varzy le 15 août 1685, en carrosse, accompagné de François-Théodore Gourret du diocèse de Paris, docteur en théologie, secrétaire ordinaire de l'évêché, d'Etienne Pigalle, prêtre du diocèse, aumônier, et de ses domestiques.

(4) - rochet : Aube courte à manches étroites que portent certains dignitaires ecclésiastiques sous le mantelet.

(5) - camail : Courte pèlerine des ecclésiastiques.

(6) - fonds (baptismaux) : Fonts baptismaux ; bassin placé sur un socle et destiné à l'eau du baptême.

(7) - en forme de potager : En forme de fourneau de cuisine.

(8) - petit vaisseau de cuivre jaune : Récipient pour les liquides.

(9) - piscine : Petite cuve destinée à recevoir l'eau qui a servi au baptême.

(10) - s[ain]tes huiles : Huile d'onction utilisée dans diverses cérémonies et pour certains rites, en particulier pour l'administration de plusieurs sacrements.

(11) - Gilberte Bonanice aagée d'environ 45 ans : La sage-femme était généralement une femme plutôt âgée dont le curé devait garantir les bonnes moeurs et le savoir-faire.

(12) - vaisseau : Espace allongé que forme l'intérieur d'un bâtiment voûté.

(13) - nef : Partie de l'église devant l'autel principal où se tient le clergé pendant l'office.

(14) - choeur : Partie de l'église comprise entre le portail et le choeur dans le sens longitudinal, où se tiennent les fidèles.

(15) - deux autels : Tables où l'on célèbre la messe.

(16) - epitre : Epître ; côté droit, vu des fidèles, de l'autel, du chœur où est faite la lecture de l'épître ; le côté gauche est le côté de l'évangile.

(17) - les tables d'autel sont consacrez : Les tables sont bénites.

(18) - la chaire du predicateur : Tribune élevée, du haut de laquelle un ecclésiastique adresse aux fidèles ses instructions et ses enseignements.

(19) - retable : Partie postérieure et décorée d'un autel, qui surmonte verticalement la table.

(20) - fabricien : Celui qui est chargé d'administrer la fabrique (marguillier).

(21) - confessional : Isoloir disposé pour que le confesseur y entende le pénitent.

(22) - sanctuaire : Partie du choeur située autour de l'autel.

(23) - deux heures de relevée : Deux heures de l'après-midi.

(24) - saint sacrement : L'hostie consacrée placée dans le ciboire ou l'ostensoir ; par métonymie, l'ostensoir lui-même.

(25) - ciboire : Vase sacré en forme de coupe où l'on conserve les hosties consacrées pour la communion.

(26) - tabernacle : Petite armoire fermant à clef, qui occupe le milieu de l'autel d'une église et contient le ciboire.

(27) - soleil d'argent : Ostensoir en forme de soleil destiné à contenir l'hostie consacrée et à l'exposer à l'adoration des fidèles.

(28) - s[ain]t Pierre Esliens : Saint Pierre ès-liens ; un grand nombre de paroisses nivernaises sont placées sous son invocation ; il est également, dans la Puisaye le patron de la corporation des potiers en terre.

(29) - la feste de la dedicace : Fête de la consécration d'une église au culte divin.

(30) - le benefice est cure : Le bénéfice est le revenu attaché à un titre ecclésiastique (souvent sous la forme d'une pièce de terre ou d'un bâtiment), ici celui de curé.

(31) - la presentation appartient au s[ieu]r curé de Cessy : Celui-ci dispose du pouvoir de présenter quelqu'un à un bénéfice ecclésiastique.

(32) - seigneur temporel : Par opposition à spirituel ; le personnage évoqué est seigneur, ici et maintenant, du fief en question.

(33) - lt : Livre tournois, monnaie royale ; une livre vaut vingt sols et un sol vaut douze deniers.

(34) - dixmes : La dîme est un impôt, fraction variable (autour du seizième en Nivernais), de la récolte prélevée par l'Église.

(35) - des trois especes de grains : Blé, seigle, méteil.

(36) - boisseléez : Mesure agraire correspondant à la surface de terre pouvant être ensemencée avec un boisseau de grains (1 000 m²).

(37) - novalles : Terre nouvellement défrichée et mise en culture ; les curés ont droit de dîme sur les novales.

(38) - cheveniere : Chènevière ; champ où croît le chanvre.

(39) - le droit de passion : Il s'agit d'une redevance levée par le curé en échange de prières censées protéger les cultures contre les intempéries ; le taux en est variable : une mesure de froment ou de seigle, une ou deux gerbes.

(40) - casuel : Honoraires que les fidèles donnent parfois au curé.

(41) - decimes : La décime est une taxe perçue par le roi sur les revenus du clergé.

(42) - vicaire : Prêtre chargé d'aider un curé dans son ministère paroissial.

(43) - reliques : Corps, fragment du corps d'un saint ou d'un bienheureux, objet qui a été à son usage ou qui a servi à son martyre.

(44) - fabrique : L'ensemble des clercs et des laïcs administrant les biens de l'église.

(45) - trante deux sols pour les grands corps et 16 s[ols] pour les petits : Pour les adultes et pour les enfants ; ces tarifs varient, parfois de façon notable, d'une paroisse à l'autre.

(46) - corporaux : Linge consacré, rectangulaire, que le prêtre étend sur l'autel au commencement de la messe pour y déposer le calice et la patène.

(47) - processionels : Livres contenant le rituel des processions.

(48) - psautier : Livre qui contient les psaumes.

(49) - qu'il est presque tousiours hors de sa paroisse : Le curé est tenu de résider au milieu de ses paroissiens et ne peut s'absenter sans autorisation de l'évêque.

(50) - le jour de l'octave du s[ain]t sacrement dernier : Le huitième jour après la fête du saint sacrement.

 

Vielmanay

Accueil

 Page créée le 16 octobre 2004. Dernière mise à jour le 6 octobre 2013.

© Cahiers du val de Bargis