Nannay, 1742 : Renouvellement du bail du domaine de Malvoisine, le plus ancien qui nous soit parvenu. Encore exploité en 1872, ce domaine, aujourd'hui, n'existe plus (il n'en subsiste qu'un puits). En 1742, Malvoisine appartient aux chartreux de Bellary depuis 40 ans et se présente ainsi : 1 "bâtiment de maison" pour loger le fermier, 2 granges (1 pour le maître, 1 pour le métayer), écurie, cour, jardin, chènevière, prés, terres labourables et non labourables, pâtureaux...

Même si ce n'est pas explicitement indiqué, on suppose que les preneurs sont constitués en communauté : le maître et sa femme, ses deux fils et ses brus. (0)

Cote : 3 E 8 / 4 - Minutes du notaire Jean-Baptiste Bonnet (Châteauneuf-Val-de-Bargis)

x

Malvoisine aujourd'hui

 

1 - Ce jour d'huy deuxieme avril

2 - mil sept cent quarente deux avant midy en la maison chartreuse

3 - de Bellary (1) parroisse de Chatelneuf val de Bargis pardevant le

4 - notaire au duché de Nivernois soussigné resident audit Chatelneuf

5 - fut present venerable pere en Dieu dom Claude Cathelin religieux procureur de

6 - laditte chartreuse y demeurant lequel volontairement a reconnû et confessé avoir baillé et

7 - par ces presentes baille et delaisse à titre de bail de metairie à faire valloir a moitié profit (2)

8 - et promet faire jouir pour le temps et espace de neuf anneez entieres et consecutives à commencer

9 - au premier may prochain de la presente année et finir à pareil jour apres ledit tems expiré à

10 - Jaques Milet pere, Guillaume et Godefroy Milet ses enfans, et Marie et Jeanne Bonnet leurs femmes

11 - presents et acceptant lesdittes femmes authorisées par leursdits maris Guillaume et Godefroy

12 - Milet renonçans à tous benefices de droit et de discution. C'est à scavoïr le domaine

13 - de Malvoisine (3) appartenant ausdits religieux dudit Bellary situé parroisse de Nannay

14 - consistant en batimens, maisons, granges, escuries, cours, jardins, chenevieres, aisances et

15 - appartenances desdits batimens, prés, terres labourables et non labourables, patureaux et

16 - generallement tout ce qui depend dudit domaine et tout ainsy que ledit Jaques Milet en a

17 - cy devant jouy ou deub jouir, les tenans desquels batimens et heritages les preneurs ont dit bien

18 - scavoir ; à la charge par lesdits preneurs d'en jouir en bons peres de famille, de bien et dûment

19 - labourer et cultiver les terres labourables dudit domaine selon leurs tournures (4) en tems et saisons

20 - convenables sans les changer ; seront tenus de mener chaque année les fumiers provenans des

21 - fourages dudit domaine dans les terres dudit domaine sans en detourner aucuns ; les semences

22 - de toutes natures seront fournies par moitié entre les parties, les deblures (5) partagées par moitié

23 - dans les champs et à la gerbe et la portion desdits religieux charroyée la premiere par

24 - lesdits preneurs et entissée (6) dans leurs granges dudit domaine aux frais desdits preneurs ; s'obligent

25 - aussy de faire cercler (7) chaque année les deblures egalement à leurs frais, et de les bien et

26 - duement boucher (8) comme aussy d'etauper et entretenir les prez dudit domaine et laisseront

27 - lesdits preneurs le tout en bon etat à leur sortie dudit domaine (# : et laboureront lesdits preneurs les terres le plus prest des haies qu'il sera possible, et donneront un boisseau de bled par chaque boisselée de terre qu'ils manqueront de labourer dependantes de chaque tournure ; s'obligent aussy lesdits preneurs de faire moudre leurs fourneez (9) au moulin de St Laurent lorsqu'ils en seront requis ; fourniront les bailleurs les bois qui seront necessaires pour les harnois de labourage apres neantmoins qu'ils les auront marquez ausdits preneurs ; comme aussy fourniront une femme ou autre personne pour aider à tondre les brebis, laquelle sera nourrie par les preneurs) ; reconnoissent aussy

28 - lesdits preneurs qu'ils ont receus pour exploiter ledit domaine dans le bail precedent pour la

29 - somme de mil soixante cinq livres de bestiaux tant boeufs que vaches avec leurs suivans (10) comme

30 - aussy les porcs du nombre desquels bestiaux il y a dix boeufs, plus deux chevaux estimez

31 - trois cent quarante une livres dix sols, plus pour harnois de labourage la somme de

32 - cinquante huit livres, plus quarente brebis estimez la somme de quatre vingt livres

33 - pour par lesdits preneurs en rendre à leur sortie pour pareille somme et qualité de bestiaux

34 - et harnois, touttes les susdittes sommes montant à celle de quinze cent soixante et quatres

35 - livres dix sols ; au moyen de quoy lesdits preneurs seront tenus de nourrir, soigner, hyverner

36 - et heberger lesdits bestiaux pour du croist et profit en rendre bon et fidel compte ausdits

37 - bailleurs pour iceluy profit estre partagé par moitié entre lesdittes parties. Lesdits preneurs

38 - ne pourront tenir dans ledit domaine d'autres bestiaux que desdits sieurs bailleurs sous

39 - peine de confiscation au profit desdits bailleurs ny en vendre, divertir et engager sans leur

40 - consentement ; seront tenus les preneurs de veiller que les bestiaux dudit domaine ne fassent

41 - aucun dommage dans les bois desdits sieurs religieux et de ne les y laisser aller en aucunes saisons

42 - que ce soit qu'apres l'age de quatre feuilles (11) ; auront neanmoins le paccage (12) dans les grands bois,

43 - mesme dans ceux de monseigneur le duc de Nevers soit pour la paisson qu'autrement et y

44 - contrevenant ils encourront l'amande de dommages et interests suivant l'ordonnance. Seront

45 - tenus les preneurs de charger et voiturer les materiaux necessaires pour les reparations dudit

46 - domaine, comme aussy les gerbes (de bled) provenans de la dixme (13) que lesdits bailleurs ont dans

47 - la parroisse de Chasnay lorsque le leveur les auctroira et auront soin de les entisser dans leur

48 - grange qui est dans le bourg dudit Chasnay moyennant quoy lesdits preneurs auront toute

49 - la paille qui en proviendra qu'ils feront consommez dans ledit domaine sans en divertir

50 - en aucune maniere ; leveront la moisson à leurs frais, et fourniront l'huile (14) pour les batteurs (15)

51 - lorsque ils en auront besoin. Lesdits preneurs auront la moitié de la deblure à leur sortie

52 - qui tiendra cependant lieu d'hypoteque ausdits sieurs bailleurs. Si lesdits preneurs se trouvent

53 - pour lors leurs debiteurs, donneront aussy reconnoissance des avances à eux faites par lesdits

54 - bailleurs des qu'ils en seront requis, comme aussy copie des presentes à leurs frais. Car ainsy

55 - l'ont voulû les parties obligeant &c promettant &c renonceant &c et ont declarez ne

56 - scavoir signer de ce enquis excepté le r[évérend] p[ère] procureur qui a signé avec nous et les tesmoins

57 - cy dessous fait et passé en ladite chartreuse de Bellary le deuxieme avril

58 - mil sept cent quarente deux soit controllé et ont les parties evalueez le revenû

59 - dudit domaine a la somme de quatres vingt dix livres

60 - en presence de Louis Leteur de laditte parroisse et

61 - de René Breteau de la parroisse de Chasnay.

 

F[rère] Claude Cathelin, procureur - Louis Le Teur - Bonnet, no[tai]re (16)

 

62 - Con[trô]lé à Donzy le quatorze avril 1742.

63 - R[eçu] : 4 lt 16 s[ols]. Dagot

 

 

Notes et vocabulaire

(0) - Par convention et pour en faciliter la lecture, le texte original a subi diverses retouches : ajout de majuscules aux noms propres, accents, apostrophes et autres signes de ponctuation indispensables à la compréhension ; développement des abréviations ; suppression des majuscules superflues ; séparation des mots accolés... En revanche, l'orthographe n'a pas été corrigée. Les mots entre parenthèses sont incertains.

(1) - chartreuse de Bellary : Notre-Dame de Bellary, chartreuse fondée en 1209 par Hervé IV, baron de Donzy, et son épouse Mahaut de Courtenay. La chartreuse joue un rôle de premier plan dans la vie économique locale en fournissant du travail à bon nombre d'habitants. Elle détient un certain nombre de métairies et autres fabriques à Châteauneuf, Chasnay, La Charité, Nannay, Narcy, Pouilly-sur-Loire, Sainte-Colombe, Suilly-la-Tour, Vielmanay... Le nom de Bellary vient vraisemblablement de bel laris, belle clairière.

Blason de la chartreuse de Bellary

(2) - à moitié profit : Mode de tenure le plus fréquent dans l'ouest, le centre et le sud de la France. Le propriétaire apporte les terres, le bétail, les semences ; le métayer, ses outils et sa force de travail. Le propriétaire prend généralement la moitié de la récolte. Le métayer, lui, en sus de l'autre moitié, dispose également du fumier, du lait et du travail des animaux mais partage les autres produits (croît, laine) par moitié avec le bailleur. (d'après le Dictionnaire du monde rural)

(3) - Malvoisine : Encore exploité en 1872, abandonné à la fin du XIXe siècle (il ne reste plus qu'un puits), Malvoisine, en 1753, se présente ainsi : 1 maison à loger le métayer, 2 granges (1 pour le maître, 1 pour le métayer), écurie, cour, jardin, chènevière, prés, terres labourables et non labourables, pâtureaux... L'étymologie reste incertaine : allusion à la mauvaise réputation des habitants (mauvais voisins, vus du bourg) ? à un marais aux émanations fétides ? à un ancien lieu d'exécution ? La première mention connue du nom de Malvoisine remonte à 1358, lorsque le domaine est pris par le chef de guerre anglais Robert Knowles. De 1697 à 1702, le domaine appartient à Elie Rameau, seigneur de La Barre, qui le vend le 23 avril 1702 aux chartreux de Bellary. On relève également les noms de Jean-Louis Tridon, de Pierre Diamy (1789)...

(4) - tournures : Soles de culture.

(5) - deblures : Moissons.

(6) - entissée : On appelait "tisse" l'arrangement, la disposition ordonnée des gerbes (tête-bêche et alternées selon les rangs) dans la grange pour obtenir une surface bien plane. Cette mise en alternance des gerbes ressemblait en quelque sorte à un travail de tissage : chaîne et trame. Le mot "tisse" doit venir de cette analogie. "Entisser" était réservé (de même que le montage du chargement des charrettes, pour qu'elles ne versent pas => ne "chient" pas, disait-on dans les Vosges) aux anciens qui avaient de l'expérience. (définition et témoignage de François Demay, 23 novembre 2013)

(7) - cercler (sarcler) : Débarrasser des mauvaises herbes.

(8) - boucher : Clore avec une haie.

(9) - fourneez : Fournées de pain.

(10) - avec leurs suivans : Avec leurs petits.

(11) - apres l'age de quatre feuilles : Il s'agit de protéger les arbrisseaux de la dent du bétail.

(12) - paccage : Pacage ; lieu de pâture.

(13) - dixme (dîme) : Impôt sur les récoltes (de fraction variable, autour du seizième en Nivernais) prélevé par le clergé ou la noblesse.

(14) - huile : L'huile (d'éclairage), obtenue à partir de la graine de chanvre.

(15) - batteurs : Le batteur en grange est l'homme qui bat les gerbes pour séparer le grain de l'épi, travail pénible s'il en est, effectué au fléau ; l'huile sert à s'éclairer : en effet, le battage se fait en hiver et les journées sont courtes.

(16) - Bonnet : Né à Cessy-les-Bois, descendant d'une famille d'officiers seigneuriaux, le notaire Jean-Baptiste Bonnet (1710 / 1801) est certainement, au XVIIIe siècle, le plus en vue des notables de Châteauneuf. A l'exception d'une période de dix ans, pendant laquelle il habite à Nevers, paroisse Saint-Etienne, il y réside la plus grande partie de sa vie, dans une maison située face à l'église. Il connaît une longue et belle carrière, occupant successivement ou simultanément diverses fonctions : notaire royal, juge, fermier de la châtellenie de Châteauneuf, procureur fiscal, bailli de La Celle-sur-Nièvre, conseiller du roi, commissaire aux saisies réelles du Nivernais... Son petit-fils, Louis Bonnet, sera le premier maire de Châteauneuf.

 

 

Pour illustrer cette page, je cherche des photos de Malvoisine ! Cliquer ici !

 

 Accueil

 Nannay

Page créée le 26 novembre 2011. Dernière mise à jour le 1er mai 2017.

© Cahiers du val de Bargis