Menou, 1691: Violente empoignade familiale chez les Cendre de Menou à propos d'une vache impayée. Le vendeur est Verain Cendre, laboureur de son état. L'acheteur est son gendre Louis Cadoux, cordonnier âgé de 29 ans. Ce dernier refuse à la fois de payer et de restituer la vache qui lui a déjà été livrée. Le vendeur cherche alors à récupérer son bien. Il est rossé à coups de bâton, mordu jusqu'au sang, ainsi que son fils de 19 ans, Jean, venu à sa rescousse. Sans l'intervention des voisins, il serait mort. Le père et le fils sont grièvement blessés.

Plainte est alors déposée contre l'auteur de ces violences.

Les protagonistes, néanmoins, finiront bon gré mal gré par se réconcilier puisqu'on les retrouve quelques années plus tard cohabitant sous un même toit. (0)

Cote : 3 E 8 / 148 - Minutes du notaire Isaac Voullereau (Colméry)

 

Bibliothèque nationale de France

 

1 - Suplient (1) humblement Verain et Jean Cendres pere et fils (2) laboureurs dem[eurant] en cette

2 - justice (3) disant que le jour d'hier environ les quatre à cinq heures du soir

3 - led[it] Verain Cendre ayant vendu une vache au nommé Louis Cadou son

4 - gendre (4) le jour de la nativité Nostre Dame derniere (5) le prix de vingt une

5 - livres et luy ayant faict demande de la somme de 11 # (6) 2 s[ols] q[u'i]l doibt de reste

6 - de lad[ite] vache, led[it] Cadou en auroit faict refus ; ce qui auroit obligé

7 - led[it] Verain Cendre de luy reporter en sa maison la somme de dix livres

8 - qu'il avoit receü de luy et laq[ue]lle somme il luy donna en presence de

9 - d'Adrien Camuzat et d'autres personne et reprit la vache q[u'i]l luy avoit

10 - vendus et l'emena ; et comme led[it] Cadou avoit intention de faire

11 - perdre l'argent au complaignant (7) et mesme de reprendre lad[ite] vache,

12 - il fit led[it] jour d'hier reprendre lad[ite] vache et l'emena chez luy, ce

13 - qui donna subjet aud[it] Verain Cendre de luy aller redemander

14 - sa vache ou luy en payer le prix ; lequel Cadou sans autre

15 - subjet ny provocation ce seroit jeté aud[it] Verain Cendre son beau pere

16 - leq[ue]l il auroit grandem[ent] battu et excédé (8) à cous de bastons ; en sorte

17 - que luy et led[it] Jean Cendre son fils qui accourut à son secours

18 - sont griefvem[ent] blesséz ; sçavoir ledit Verain Cendre à la teste et au

19 - vizage ou il l'auroit enpoigné avec les dans (9) et led[it] Jean Cendre

20 - au pety doits de la main gauche ou led[it] Cadou l'a mordu en jurant

21 - à blasfemer le s[ain]t nom de Dieu et (ce ssans) les voisins qui l'empeschent

22 - il auroit tué lesd[its] complaignants les menaceant de les faire

23 - brusler ; et puisq[u'i]l sont trois dont les complaignants requiert

24 - leur estre pourveu ; ce considéré, Mons[ieur], il vous plaise

25 - donner acte auxd[its] Verain et Jean Cendre de la plainte q[u'i]l

26 - vous font des excez, voix de faict commis en leur personne

27 - par led[it] Cadou et des blasfesmes par luy proferrez

28 - contre l'homme de Dieu, laquelle plainte ils (assurs d'estre) veritable

29 - declarant q[u'i]l ce rend partye civille contre led[it]

30 - Cadou et requiert qu'il leurs soit permis d'en

31 - informer (10) et mesme de leur faire voir et vizitter, panser et medicamenter

32 - par tel chirurgien qu'il vous plaira de nommer de vostre office ; ce faizant

33 - ferez justice.

34 - faict assigner Adrien Camusat (11) et sa femme noméz Marie Seguin

35 - François Picolais

36 - la femme Huge Boiseau

 

Notes et vocabulaire

(0) - Par convention et pour en faciliter la lecture, le texte original a subi diverses retouches : ajout de majuscules aux noms propres, accents, apostrophes et autres signes de ponctuation indispensables à la compréhension ; développement des abréviations ; suppression des majuscules superflues ; séparation des mots accolés... En revanche, l'orthographe n'a pas été corrigée. Les mots entre parenthèses sont incertains.

Le présent acte fut forcément rédigé entre 1689 et 1702, la première date correspondant au mariage de Louis Cadoux avec une fille de Verain Cendre, la seconde à son décès. Comme il se trouvait rangé au sein d'une liasse de documents datés de 1691, il était tentant de le dater de la même année.

(1) - Suplient : Cette supplique est destinée au bailli du marquisat de Menou, dont la fonction consiste à rendre la justice au nom de son seigneur. Mais il arrive que les protagonistes réussissent à s'entendre avant l'intervention de ce dernier. Cette entente prend la forme d'un dédommagement au profit de la victime. L'action de la justice est alors interrompue. C'est peut-être ce qui est arrivé ici.

(2) - Verain et Jean Cendres pere et fils : Les deux hommes font figure d'exceptions au sein de la petite foule miséreuse des ancêtres Cendre. Le fils, Jean, deviendra quelques années plus tard le marchand-fermier du Vaudoisy à Colméry et y fera un beau mariage en épousant la fille du lieutenant au bailliage de l'endroit.

(3) - en cette justice : En cette juridiction.

(4) - Louis Cadou son gendre : Louis Cadoux a en effet épousé une fille de Verain Cendre, Eugénie, le 15 janvier 1689 à Menou. Il meurt en 1702.

(5) - le jour de la nativité Nostre Dame : 8 septembre.

(6) - 11 # : 11 livres.

(7) - complaignant : Le plaignant, celui qui se plaint en justice de quelque tort qu'on lui a fait.

(8) - battu et excédé : Battu outrageusement, acception autrefois fort usitée en matière criminelle.

(9) - avec les dans : Avec les dents. Le sort du malheureux Verain Cendre "enpoigné avec les dans" laisse néanmoins perplexe...

(10) - informer : Enquêter.

(11) - Adrien Camuzat et sa femme noméz Marie Seguin, François Picolais, la femme Huge Boiseau : Témoins des faits.

  

 Accueil

 Menou

Page créée le 24 août 2007. Dernière mise à jour le 13 juillet 2016.

Cahiers du val de Bargis