Colméry, 1734 : La guerre de Succession de Pologne (1733-1738) entraîne la levée d'un impôt extraordinaire, le dixième, sur les revenus de tous les fonds, terres, bois... A Colméry comme ailleurs, chacun est donc invité à rédiger sa déclaration. On trouve ci-dessous la déclaration de revenus, manifestement minorés, d'un des trois notaires de Colméry, qui se trouve également être son lieutenant et son bailli. Simple praticien, à l'en croire, le notaire concède tout de même posséder trois maisons à Colméry et plusieurs hectares de terres, tant à Colméry que dans les villages voisins, le tout ne lui rapportant, selon ses dires, que 25 livres par an.

Le document se terminant de façon abrupte et ne comportant ni date ni signature, on peut penser qu'il y avait une suite... (0)

1 E / 506 - Archives départementales de la Nièvre

 

 

Ancienne maison Voullereau (?)

 

1 - Declaration du dix[ième] (1) de l'annéz 1734

 

2 - J'ay soubsigné Touchard Aignan Voullereau (2) praticien dem[eurant] à Colmery

3 - soubsigné declare pour satisfaire à la declaration du Roy du 17

4 - novembre (3) dernier et à l'ord[onnan]ce de monseigneur l'Intendant de la

5 - generalité de Bourges publiéz le 21 du present mois, que je possede

6 - dans la parr[oisse] dud[it] Colmery election de La Charité, une maison (4)

7 - que j'occuppe, grange et escury, un jardin d'environ une quarte (5) de

8 - terre qui ne produise aucun revenu au contraire me couste beaucoupt

9 - de reparations tous les ans.

 

10 - Plus environ dix arpand (6) de terres tant bonne que mauvoise

11 - dont partye sont sur montaigne et costes et fort difficille à cultiver.

 

12 - Plus environ deux arpand de vigne qui ne produise que pour payer

13 - les façons estant subjette à la geléz tant d'hiver que d'esté et pour

14 - lors on n'y receuille rien.

 

15 - Plus environ deux arpand tant en pré, vergers que cheneviere (7).

 

16 - Plus une autre maison, grange, jardin et vergéz contenant environ une

17 - boissellez (8) de terre avec une autre petitte maison et portion de grange

18 - occupéz par un homme qui fait les terres à moityé, autrem[ent] elles

19 - resteroient en friches et qui contienne environ six arpand fort

20 - megre qui ne raporte que seigle et avoine et mauvoise grene.

 

21 - Plus un arpand et demy de pré en moulliere (9); touts lesquels biens

22 - sont chargéz (10) de trois bo[isseaux] fromant, trois bo[isseaux] orges, trois bo[isseaux] avoine

23 - et 2 # en argent de cens et rente (11) par an envers differend seig[neu]rs ; outre

24 - quoy je paye annuellem[ent] la somme de vingt livres d'interests aux

25 - mineurs (12) du s[ieu]r Tolleron de la parr[oisse] de Suilly ; ce qui fait que touts lesd[its]

26 - biens ne peuvent produire de revenu annuelle lesdittes char[ges] payéez

27 - que la somme de trois livres non compris l'entretient des bastim[ents].

 

28 - Je possede en la parr[oisse] de Cessy environ vingt et cinq arpend de bois et

29 - broussailles dont la feuille de chacun arpand ne peult pas valloir

30 - l'un portant l'autre (13) que 10 s[ols] par an, lesd[its] bois n'estant propre qu'à

31 - faire bois à charbon esloignéz des forges et fourneaux de deux à

32 - trois lieux (14) aux moins.

 

33 - Plus un quart d'arpend de pré le tout chargéz de cens et rente de 2 #

34 - ainsy j'estime que lesd[its] biens ne peuve produire de revenu annuelle

35 - que la somme de 20 #.

 

36 - Je possede en la parr[oisse] de St Maslo anviron quatre arpand de terres

37 - fort ingrattes qui ne raporte que seigle et avoine chargéz de 1 #

38 - de cens et rente par an portant à Noel de revenu annuelle que 2 #

39 - par an.

 

Notes et vocabulaire

(0) - Par convention et pour en faciliter la lecture, le texte original a subi diverses retouches : ajout de majuscules aux noms propres, accents, apostrophes et autres signes de ponctuation indispensables à la compréhension ; développement des abréviations ; suppression des majuscules superflues ; séparation des mots accolés... En revanche, l'orthographe n'a pas été corrigée. Les mots entre parenthèses sont incertains.

(1) - dix[ième] : Imposition extraordinaire destinée, cette année-là, à financer la guerre de Succession de Pologne.

(2) - Touchard Aignan Voullereau : (~ 1667 / après 1749) Fils de Louis ; sur les traces de son père, il occupe une place de premier plan à Colméry, dont il est le lieutenant de justice, le procureur fiscal et l'un des notaires au sein du " cabinet " Voullereau (en 1715, le bourg ne compte pas moins de trois notaires de ce nom) ; il exerce son métier de notaire pendant près de 50 ans ; parallèlement à cette activité, il occupe diverses fonctions au sein de la justice locale : bailli de Colméry en 1730, juge de la châtellenie de Châteauneuf en 1739.

T.-A. Voullereau habite le bourg, dans une maison qui pourrait se situer face à l'entrée de l'église, donnant également sur la route de Châteauneuf

(3) - declaration du Roy du 17 novembre : Déclaration du 17 novembre 1733 ordonnant la levée du dixième (imposition extraordinaire généralement destinée à faire face à des frais de guerre) sur les revenus des biens.

(4) - maison : Cette maison, qui n'est pas, à ce jour, localisée avec certitude, semble bien tout de même être celle qu'habita l'abbé Charrault à la fin de sa vie.

(5) - quarte : Ancienne mesure de superficie pouvant correspondre à un quart de boisselée, soit 250 m².

(6) - arpand : Arpent ; ancienne mesure agraire qui peut varier fortement selon la région et selon l'époque (de 2 000 à 6 000 m²) ; à Colméry, il s'agit généralement du grand arpent (6 068 m²).

(7) - cheneviere : Chènevière ; champ sur lequel on cultive le chanvre (lequel fournit une matière textile, préparée par rouissage et teillage). Champ situé à proximité de la maison (pour empêcher les oiseaux de manger les graines) et, le plus souvent, peu étendu.

(8) - boissellez : Boisselée ; mesure agraire surtout répandue dans le centre de la France et correspondant à la surface de terre pouvant être ensemencée avec un boisseau de grains ; or cette superficie varie selon le boisseau utilisé, le lieu, les techniques et la période ; ainsi précise-t-on régulièrement dans les actes " une boisselée, mesure de Cosne " ou " une boisselée, mesure de Nannay " - ce qui indique clairement que cette unité de mesure est variable ; à Châteauneuf, il semble qu'elle fluctue de 850 à 1 000 m² (10 ares) ; système métrique aidant, elle se stabilise, après la Révolution, à 1 000 m².

(9) - moulliere : Mouillère ; terrain constamment humide.

(10) - chargéz : Frappés d'une taxe s'élévant à.

(11) - cens et rente : Redevances dues au seigneur.

(12) - aux mineurs : Aux enfants mineurs du sieur Tolleron, dont il est vraisemblablement le débiteur.

(13) - l'un portant l'autre : L'un compensant l'autre ; en moyenne.

(14) - deux à trois lieux : Ancienne mesure de distance équivalant approximativement à 4 ou 5 km. Les bois du notaire de Colméry sont donc séparés par une bonne dizaine de km des premières forges.

 

Colméry

Accueil

Page créée le 10 juin 2012. Dernière mise à jour le 1er mars 2017.

© Cahiers du val de Bargis