Colméry, 1713 - Contrat de mariage de Jean Cendre, marchand de bois, et de Françoise Voullereau, fille du lieutenant au bailliage de Colméry. Apport de chacun des futurs époux : 400 livres. (0)

3 E 8 / 150 - Minutes du notaire Isaac Voullererau (Colméry)

 

1 - L'an mil sept cent treize le septiesme

2 - jour du mois de febvrier à Colmery avant midy pardevant le no[tai]re

3 - soubsigné sont comparuent en personnes honnorable homme Jean Cendre (1)

4 - marchand demeurant en la parroisse de Couloutre pour luy d'une part,

5 - et honneste fille Françoise Voullereau fille de maistre Louis Voullereau (2)

6 - lieutenant au bailliage dudit Colméry (# : et de deffunte Simone Parizot) majeure d'ans et en tanp que

7 - besoing fust ou seroit dudit Voullereau son père authorisée (3) pour elle

8 - d'autre part, lesquelles parties volontairement de leurs bons gréz sans

9 - aucune force ny contrainte ont recognu et confessé avoir fait et

10 - font entres elles les contracts, convenances et promesses

11 - de mariage ainsy et en la forme et manière qui ensuis. C'est

12 - à scavoir que ledit Cendre et ladite Voullereau ont promis eux

13 - prandre et avoir l'un l'autre en nom, foy et loyauté de mariage

14 - sy Dieu et nostre mère sainte esglize à ce consant et accorde

15 - et ce dans ce jour d'huy ; et ledit mariage estant fait et solemenizé (4)

16 - en face de nostre dite mere sainte esglize, les futures espoux

17 - seront, entreront et demeureront en communauté (5) l'un avec

18 - l'autre de meubles acquetz et conquest, immeubles faitz et à faire ;

19 - pour acquerir le droit de laquelle communauté, la future

20 - apportera en icelle tous ses droictz successifs mobillers à elle

21 - eschüe par le décès de ladite deffunte Parizot sa mère (# : et lesquelles droitz

peuvent estre de valleur de quatre cent livres) pour

22 - estre confondüe et meslez avec les meubles acquetz et conquestz

23 - immeubles dudit futur ; arivant dissolution de ladite com[munau]té

24 - par le decez du futur avant celluy de lad[ite] future, elle aura

25 - le chois de la suivre ou d'y renoncer ; et y renonçant, elle

26 - prandra et enportera tout ce qu'elle aura porté en ladite com[munau]té

27 - ou qui à cause d'elle y sera entré avec son d[ou]aire (6) et adventage

28 - dont sera cy après parlé, franc et quitte de toutes debtes encore

29 - qu'elle y fust obligés, comdamnés ou y eust presté consentement ;

30 - pour lesquelles reprises elle aura hypoteques sur les biens

31 - de ladite communauté du jour et datte des présentes et desquelles

32 - biens elle demeurera saisies et nenties jusques à concurances desd[ites]

33 - reprises, laquelle renontiation sera transmissible aux héritiers

34 - de lad[ite] future ; et a doué et doue (7) le futur sa future de la somme

35 - de deux cents livres pour une fois payer et sans aucune réduction

36 - et cent cinquante livres par gratification en faveur du présent

37 - mariage ; le décès duquel futur arivant [avant] celluy de la future sans

38 - enfans, elle aura la jouissances d'une des maisons du futur (8) avec

39 - les aysances, dépendances et ...ure d'ycelle pendant sa

40 - viduité seullement ou pour icelle la somme de dix livres à son

41 - choix ; s'il (on) vendu des propres (9) de l'un ou l'autres des futurs,

42 - les deniers (10) en provenant seront enployéz en achaps d'héritages

43 - ou rantes pour sortir mesme nature de propres (11) que les vendües

44 - et sy à la dissolution de lad[ite] com[munau]té, le remploy ne s'en trouvais

45 - fait, ils seront repris sur la masse des biens de lad[ite] com[munau]té

46 - et successivement sur les propres du futur ou ilz on su (faire) ;

47 - seront Edme, Jean et Marie Cendres enfants mineurs (12) dudit futur

48 - et de deffunte Marie Heurard nouris et entretenües d'habitz et

49 - linges suivant leurs condition, pour (l'interretz) et parties de leurs

50 - meubles et revenus de leurs immeubles, jusques à ce qu'ilz ayent

51 - attint chacun l'aage de dix huit ans accomplis et ce de l'advis

52 - et délibération d'anciens, des parans et amis desd[its] mineurs ; le

53 - surplus du présent contract non escript sera regy et gouverné

54 - suivant la coustume d'Auxerre ; et pour satisfaire à l'esdit du

55 - controlle, les parties ont dis que leurs droitz peuvent valloir la

56 - somme de huit cent livres (13) y compris le revenu de leurs immeubles.

57 - Car ainsy & promettant & obligeant & renonçant fait en présence

58 - et de l'advis [de] m[onsei]g[neu]r Jean Graillot prestre curé dudit Colméry, Edme Cendre filz

59 - dudit futur, Eugenne Cendre sa soeur (14), Simon Jacquillot son oncle, honnorable

60 - homme Eugin Liron marchand, maistre Touchard Aignan Voullereau (15) procureur fiscal

61 - dudit Colméry, frère de la future, (# : Eugénie Jarreau femme dud[it] m[aître]

Touchard Voullereau) Marie, Jeanne, Anne, Marg[ueri]te et Charlotte

62 - Voullereau ses soeures, Gabriel Lambert mary de lad[ite] Marie Voullereau, Simon

63 - Voullereau son cousin, Pierre Jarreau son neveu et François Poirier son (ami)

64 - tous parans et amis desd[its] futurs et pris pour tesmoins demeurans en parroisse

65 - dud[it] Colméry, Menou, Cessy et Varzy et ont lesd[its] futurs déclaré ne scavoir

66 - signer de ce interpellez ensemble lesd[its] parrans sunomméz à la réserve

67 - des sous[sig]nés :

L. Voullereau - Voullereau - Graillot - Liron - G. Lambert - Jeanne Voullereau - Eugénie Jarreau - Edme Cendre - Anne Voullereau - Voullereau

 

Controllé à Donzy le quinze fev[rier] 1713. R[eçu] 3 # 6 s[ols] (16).

Dagot

 

Notes et vocabulaire

(0) - Par convention et pour en faciliter la lecture, le texte original a subi diverses retouches : ajout de majuscules aux noms propres, accents, apostrophes et autres signes de ponctuation indispensables à la compréhension ; développement des abréviations ; suppression des majuscules superflues ; séparation des mots accolés... En revanche, l'orthographe n'a pas été corrigée. Les mots entre parenthèses sont incertains.

(1) - Jean Cendre : Né à Menou en 1672, marchand de bois, Jean Cendre est un personnage tout à fait à part au sein de la petite foule des ancêtres Cendre de par sa profession et son statut social ; il est l'un des rares, parmi ceux-ci, qui soit qualifié d'honnorable homme ; ce qui signifie une certaine aisance financière... Il fait d'ailleurs ici un beau mariage avec la fille du lieutenant au bailliage, mariage qui pourrait bien constituer pour lui une sorte d'aboutissement puisqu'il est alors âgé de 40 ans (sa généalogie).

(2) - Louis Voullereau : (~ 1636 / 1714) Successivement ou simultanément praticien, notaire, lieutenant (à Colméry), procureur fiscal (à Menou) ; personnage ayant joué un rôle central dans la vie locale ; on lui connaît 13 enfants répertoriés.

(3) - dudit Voullereau son père authorisée : Il est alors impensable de se marier sans le consentement parental, même au-delà de la majorité (25 ans).

(4) - solemenisé : Célébré solennellement.

(5) - teste ou tête : L'existence de communautés dites taisibles (qui ne sont pas fondées sur un contrat écrit mais relèvent de la coutume) est un phénomène caractéristique du Nivernais sous l'Ancien Régime ; ces communautés se composent d'un nombre variable d'individus, généralement unis par des liens de proche parenté et dont le rôle ou la force de travail est évalué en têtes ; trois jeunes enfants, par exemple, valent une tête ; un homme dans la force de l'âge vaut également une tête ; dans toute communauté, il y a un chef ou un maître. Le maître de la communauté est probablement, ici, Jean Cendre, alors âgé d'une quarantaine d'années.

(6) - do[u]aire : Portion de biens qui est donnée à une femme par son mari à l'occasion du mariage, dont elle jouit pour son entretien après le décès de son mari, et qui descend après elle à ses enfants.

(7) - a doué et doue : A donné et donne un douaire.

(8) - d'une des maisons du futur : Qui en possède donc plusieurs...

(9) - propres : Biens qu'un des deux époux possède à titre personnel avant le mariage ou qu'il a acquis par succession ou donation pendant le mariage et qui ne font pas partie des acquets.

(10) - denier : Ancienne monnaie française.

(11) - pour sortir mesme nature de propres : Pour être réputé et partagé comme un [bien] propre (expression notariale).

(12) - Edme, Jean et Marie Cendres enfants mineurs : 16, 6 et 5 ans, tous nés à Menou.

(13) - leurs droitz peuvent valloir la somme de huit cent livres : Ce qui équivaut à environ neuf fois le salaire annuel d'un manoeuvre ; à la même époque, le total des biens mentionné dans les contrats de mariage de marchands de Varzy s'élève de 500 à 2 000 livres (Romain Baron).

(14) - Eugenne Cendre sa soeur : Soeur aînée de Jean Cendre, Eugénie a déjà deux mariages derrière elle et se marie une troisième fois, un an plus tard, avec un bourgeois, marchand de profession ; c'est son dernier mariage ; elle meurt à 78 ans.

(15) - Touchard Aignan Voullereau : (1667 / 1749) Fils de Louis ; sur les traces de son père, il occupe une place centrale à Colméry, dont il est le lieutenant, le procureur fiscal et l'un des notaires au sein du " cabinet " Voullereau (en 1715, le bourg ne compte pas moins de trois notaires de ce nom) ; il exerce son métier de notaire pendant près de 50 ans ; parallèlement à cette activité, il occupe diverses fonctions au sein de la justice locale : bailli de Colméry en 1730, juge de la châtellenie de Châteauneuf en 1739.

T.-A. Voullereau habite le bourg, route de Châteauneuf, dans une maison située à la hauteur de l'église, comprenant une grange, une écurie et un jardin de 250 m².

(16) - R[eçu] 3 # 6 s[ols] : Reçu 3 livres et 6 sols.

 

Colméry

Accueil

Page créée le 19 avril 2007. Dernière mise à jour le 30 avril 2014.

© Cahiers du val de Bargis