x

Pierre Chambon

(1906 - 1966)

x

Enfant de Châteauneuf, instituteur, Pierre Chambon fut l'auteur de diverses poésies "patoisantes". On trouve ci-dessous des extraits d'un recueil de poésies et de contes nivernais édité en 1935 par Delayance à la Charité-sur-Loire : "Au pas d’nos bœufs".

Il était le neveu de Marcel Déat.

x

Pierre Chambon (collection des Amis de La Charité)

 

PISQUé L’MONDE EST FOU

 

J’pense à mon vouésin…J’pense à ma vouésine…

A la cour commune, au puits mitouéyen…

Jé m’dis qu’un jeun’chiot qui mange èn’ lapine,

En’ couisse achappé’ qui gratte un jardin,

C’est pas des raisons vraiment raisounabes

Pour pu s’dî bonjour, s’argader d’travers,

S’engueuler tout roug’ coumm’ les cinq cents guiabes (1)

En rêvant dé s’foute én’ voulé’ d’bois vert !

Vaurait don’ pas mieux êt’ mouton qu’d’êt’ loup ?

Mais ya ren à faî…. Pisqué l’monde est fou !

J’pense aux gars d’la terre’, du chantier, d’lusine… :

Bounn’ place aujord’hui, pis su l’pavé d’main…

Ya trop d’tout, qu’on dit : piaux, charbon, farine….

Sément ya des goss qu’ont fré pis qu’ont faim,

Des houmm’ qué braillont, les coud’ sus la tabe : (2)

Voulouér travailler…et pis rin pouvouér !

J’seux loin d’êt’ malin, ni clerc, ni comptabe,

Mais pour comprend’ ça l’pus savant s’y perd :

Du pain pour tout l’monde…ça s’rait don l’Pérou ?

Mais ya ren à faî’… Pisqué l’monde est fou.

Itou des foués j’pense à la mé Pauline…

A souéxant’-quinze ans, suiv’ lé mêm’ chémin

Qu’ à treize, en poussant la bérouett’ qui couine…

A la même fontain’ rougî ses pour mains…(3)

C’est un sort, boun’ gens, qu’a rin d’ben enviab !

Pasqué les jeunett’ crachont sus l’battouér

Faura qu’la Paulin’ – pour viéll misérabe –

Crève un biau matin, tout’ seul, au lavouér,

Dans son cabasson, mains dans yau, à g’noux ?

Mais ya ren à faî… Pisqué l’monde est fou !

 

(1) guiabes : diables. Le " gu " est glissé, on peut aussi écrire yab’ (simple question de restitution de phonétique)

(2) brailler : pleurer. Très usité et bien plus que le verbe pleurer, réservé à certaines occasions, notamment quand d’vant l’beau monde fallait bien causer !

(3) ses pour mains : ses pauvres mains.

x

Pierre Chambon en paysan nivernais

 

x

LA CHARLOTTE

La patt’ narveuse et l’vent long (1)

L’oreill fertillante et gaite

Coumme èn’ queû d’bargerounnette,

Lé pouél frisottant, l’œil bon…

Jé l’l’ai counnu la Charlotte.

Ah ! la bounne âne !

Déd’pis quinze ans – p’têt’ dé pus –

Al’ n’avait counu qu’un maîte

Et traînait la même charrette

Vé les vign’ aux ch’mins grimpus

Pâ èn’ faignant’, la Charlotte !

Ah ! la boune âne.

Ah ! la bounne ân’ dé vign’ron !

Sés vignes, al’ savait yeu place,

Dés " Bergett’ " à la " Câbrasse ".

P’têt’ qu’al savait yeu nom

Pas bête, oh non, la Charlotte !

Ah ! la bounne âne !

Sément, à forç’ dé traîner (2)

Du fourrage et d’la futaille,

Un ma tin, dé d’ssus la paille,

Al a pâs pu s’arlever…

Usé’ qu’al tait, la Charlotte…

Ah ! la bounne âne !

 

(1) : le vent long – la Charlotte avait du souffle, du fond.

(2) : sément : seulement.

………….

Quelques strophes, puis la conclusion :

…………

Chèch’ ta piau f’ra des tambours :

Soldats, pompiers, gar’champêtes,

T’y fout’ront des coups d’baguettes,

Rataplan, tout coumme des sourds !

…Et t’entendras rin…, Charlotte…

…..

Ah ! la bounne âne.

x

Extrait de :

RENGAINE DES VIEUX

….

Du temps qu’les Américains

Consolaint les femm’, tout’ seules…

Passqué yeu pour’houmm’ ataint

En train dé s’casser la gueule,

Y’a la sène à Rabiscotte (1)

Qu’a tant pris d’consolation

Qu’ça ya fait gonfler sa cotte !

Su c’t’espèç’ d’indigestion

J’lons chicané’…va ! pis…ferme ! (2)

J’en brûlaint d’voir son fiston !

J’pariaint su li, avant l’terme : (3)

- " Un p’tit nez ; un grand menton ! "

- " Jaun’ dé ch’veux pis bleu d’pernelle ! "

- " Ses deux preumié’ dents ? En or ! "

Mais j’sangeaint bin d’ritournelle

Quand j’l’ons vu, l’poû p’tit trésor :

Il ‘tait négro, coum son P’pa !

…Eh ben vouéyez-tu ? Qui qu’arait dit ça !…

 

(1) ya la sène : il y a celle à Rabiscotte – c’est-à-dire sa femme.

(2) Va ! ou encore : oh ! va ! : ah ! la ! la !

(3) Su li : sur lui.

x

Bibliographie

- "Au Pas d’nos bœufs" - Delayance éditeur - 1935

- "La Maîtresse Bidault" - Fanchy et Pierre Chambon - Editions de la revue du Centre

- "Nos Vieux" - Imprimerie de la Nièvre

x

x

Contributeurs

- Eric Charrault - André Devallière

x

 Châteauneuf

 Accueil

Page créée à l'initiative d'André Devallière le 24 janvier 2005

Dernière mise à jour le 9 avril 2010.

© Cahiers du val de Bargis