Châteauneuf, 1760 - Cheptel du domaine du Potin. Ce cheptel nous renseigne sur le prix des différents bestiaux :

- 1 boeuf : 91 livres,

- 1 vache pleine : 40 livres,

- 1 génisse : 25 livres,

- 1 taureau : 25 livres,

- 1 brebis : 3 livres,

- 1 cochon : 5 ou 6 livres.

A l'époque, le domaine du Potin appartient à un personnage tout à fait hors normes puisqu'il s'agit... d'une femme : Marie Germain (1703 / 1778). Veuve d'un marchand influent, cette dernière est en effet la seule représentante de son sexe parmi ceux qui détiennent, à Châteauneuf, le pouvoir économique. Elle est également la seule femme à nous avoir laissé sa signature. (0)

Cote : 3 E 8 / 9 - Minutes du notaire J.-B. Bonnet (Châteauneuf-Val-de-Bargis)

 

1 - Ce jour d'huy vingt neuf du mois de may

2 - mil sept cent soixante pardevant

3 - les nottaires (1) au duché de Nivernois

4 - residents au bourg de Chateauneuf au val

5 - de Bargis fut presents Mathurain

6 - Poirier laboureur demeurant au domaine

7 - du Potain paroisse dudit Chateauneuf

8 - lequel a reconneu que luy a esté donné

9 - et delivré des bestiaux et harnois pour

10 - l'exploitation dud[it] domaine par

11 - damoiselle (2) Marie Germain (3) veuve du s[ieu]r

12 - Louis Petit lorsqu'il vivoit marchand

13 - demeurante en ce bourg dudit Chateaun[eu]f.

14 - C'est à sçavoir douze boeufs (4) pour

15 - la somme d'onze cent livres, quatre

16 - vaches garnyes (5) pour celle de cent

17 - soixante livres, trois taurres (6) et deux

18 - tauraux pour celle de cent vingt cinq

19 - livres, des (7) cochons pour cinquante

20 - quatre livres, et quarente six berbis (8)

21 - pour celle de cent trante huit livres

22 - plus des harnois de labourage pour celle

23 - de quatre vingt livres revenant touttes

24 - les dittes sommes ensemble à celle de

25 - seize cent cinquante deux livres ;

26 - tous lesquels bestiaux et ceux qui y seront

27 - subrogez (9) avec le croist et procroist (10)

28 - le preneur sera tenu de bien et dhuement

29 - norir, sogner, garder, hiverner et faire

30 - en sorte que par sa faute ou negligence

31 - il n'en arrive perte ou deperissement

32 - pour du tout en venir à bon compte

33 - et exig (11) à la fin du present cheptel (12)

34 - lors duquel exig s'il s'i trouve

35 - du proffit sur lesdits bestiaux

36 - apres le capital retiré par

37 - laditte damoiselle bailleresse

38 - icelluy proffit sera partagé par

39 - moitié entre les partyes aussy

40 - bien que les laines des berbis

41 - pendant le cours du present

42 - cheptel ; tout ce que dessus

43 - a esté stipulé et accepté par

44 - lesdittes partyes qui se sont obligez

45 - respectivement. Car ainsy & promettant

46 - & obligeant & renonceant &

47 - fait et passé les an et jour que

48 - dessus et a ledit Mathurin Poirier

49 - declaré ne scavoir signer

50 - de luy enquis et interpellé soit

51 - controllé.

 

Germain, veuve Petit - Brossard (13) - Bonnet (14)

 

52 - Controllé à Donzy le 10 juin 1760.

53 - R[eçu] : 100 s[ols]. Dagot.

 

 

Notes et vocabulaire

(0) - Par convention et pour en faciliter la lecture, le texte original a subi diverses retouches : ajout de majuscules aux noms propres, accents, apostrophes et autres signes de ponctuation indispensables à la compréhension ; développement des abréviations ; suppression des majuscules superflues ; séparation des mots accolés... En revanche, l'orthographe n'a pas été corrigée. Les mots entre parenthèses sont incertains.

(1) - les nottaires : En effet, Jean-Baptiste Bonnet n'est plus le seul notaire à Châteauneuf.

(2) - damoiselle : Désigne une femme née de parents nobles et se dit aussi bien des femmes mariées que des filles.

(3) - Marie Germain : Vivant au bourg, propriétaire (domaine du Potin), très active, Marie Germain (1703 / 1778), veuve Petit, est une femme d'affaires avant l'heure ; elle est la seule représentante de son sexe parmi ceux qui détiennent, à Châteauneuf, le pouvoir économique ; à ce jour, elle est également la seule femme nous ayant laissé sa signature.

(4) - douze boeufs : "Cela fait beaucoup !", nous fait remarquer un lecteur avisé - qui en déduit qu'une partie de ces boeufs étaient sans doute destinés à la vente ou à la location.

(5) - vaches garnyes : Pleines.

(6) - taurres : Génissses.

(7) - des : Peut-être faut-il lire, ou comprendre, "dix", ce qui serait compatible avec les prix relevés dans d'autres actes.

(8) - berbis : Lire "brebis". Un lecteur signale qu'on ne trouvait plus de troupeaux de moutons à la fin du XIXe siècle et au XXe siècle à Châteauneuf. Seules quelques bêtes étaient encore employées à nettoyer les chaumes, en compagnie d'un nombre équivalent de chèvres.

(9) - subrogez : Substitués.

(10) - croist et procroist : L'accroissement du troupeau par les naissances annuelles (à noter que le mot "procroît" est introuvable dans le dictionnaire).

(11) - exig (exigue) : En Bourgogne, partage du cheptel, après estimation. (Dictionnaire du Monde rural) Produits du bétail mis à cheptel, qu'on partageait vers la St-Martin. (Godefroy) Opération qui consiste à exhiber, compter et partager les bestiaux donnés à titre de cheptel.

(12) - cheptel : Bail de bestiaux par lequel un maître donne à un fermier un nombre de boeufs ou de brebis, à condition de les nourrir, et d'en rendre pareil nombre à la fin du bail, et d'en partager le profit.

(13) - Brossard : Originaire de Beaumont-la-Ferrière, Gaspard Brossard (1731 / 1799) est un marchand de bois aisé. C'est à la suite de son mariage, en 1752, qu'il s'est installé dans une des maisons du bourg de Châteauneuf, où il dispose d'un personnel domestique. Il figure au nombre des notables locaux. Quelques années plus tard, les registres mentionnent ses fonctions de notaire et de procureur fiscal (officier de justice, c'est-à-dire le pendant, à l'échelon seigneurial, du procureur du roi). C'est l'un des plus gros contribuables castelneuviens.

(14) - Bonnet : Né à Cessy-les-Bois, descendant d'une famille d'officiers seigneuriaux, le notaire Jean-Baptiste Bonnet (1710 / 1801) est certainement, au XVIIIe siècle, le plus en vue des notables de Châteauneuf. A l'exception d'une période de dix ans, pendant laquelle il habite à Nevers, paroisse Saint-Etienne, il y réside la plus grande partie de sa vie, dans une maison située face à l'église. Il connaît une longue et belle carrière, occupant successivement ou simultanément diverses fonctions : notaire royal, juge, fermier de la châtellenie de Châteauneuf, procureur fiscal, bailli de La Celle-sur-Nièvre, conseiller du roi, commissaire aux saisies réelles du Nivernais... Son petit-fils, Louis Bonnet, sera le premier maire de Châteauneuf.

 

 

Aller plus loin

les habitants du bourg de Châteauneuf en 1750

 

 

 Accueil

 Châteauneuf

 Page créée le 19 août 2010 - Dernière mise à jour le 28 janvier 2012.

© Cahiers du val de Bargis