Châteauneuf, 1759 - Partage d'une cour située au bourg ; l'occasion de vérifier que le sens du "chacun chez soi" est aussi développé à l'époque qu'aujourd'hui ! (0)

Cote : 3 E 8 / 9 - Minutes du notaire J.-B. Bonnet (Châteauneuf-Val-de-Bargis)

x

Emplacement possible de la maison de Mathieu Hugon, tailleur d'habits.

 

 

1 - Ce jour d'huy vingt septembre mil

2 - sept cent cinquante neuf

3 - apres midy et pardevant le nottaire

4 - au duché de Nivernois resident au bourg

5 - de Chateauneuf au val de Bargis furent

6 - presents Marie Planchard veuve Jean Perreau

7 - lorsqu'il vivoit marchand, François Perreau (1) leur

8 - fils majeur de vingt cinq ans et Marie Perreau

9 - fils dud[it] deffunt Jean Perreau et de lad[it]e Marie

10 - Planchard mineure sous la tutelle de lad[it]e

11 - Marie Planchard, et ledit François Perreau

12 - tant en son nom que ce faisant fort

13 - pour Claude Perreau son oncle dont

14 - il a promis faire (allouer) et ratiffier le

15 - present acte, tous les sus nommez demeurants

16 - au bourg de Chateauneuf d'une part

17 - et Mathieu Hugon tailleur d'habits

18 - tant en son nom que ce faisant fort

19 - pour Françoise Garnier sa femme demeurants

20 - aussy en ce bourg de Chateauneuf

21 - d'autre part ; lesquels partyes onts

22 - fait entre eux le partage et division

23 - d'une cour commeune qui est deriere

24 - leur maison scituez en ce bourg dud[it]

25 - Chateauneuf proche la fontaine dud[it]

26 - lieu en trois portions non egalles

27 - mais à cause de la facilité desd[ites]

28 - partyes, en la forme et maniere qui

29 - scuit. C'est à scavoir qu'il est arrivé

30 - au lot part et portion dudit Mathieu

31 - Hugon la cour par derriere sa maison

32 - et vis a vis icelle à la prendre depuis

33 - l'encoigneure de la porte de la cave dudit

34 - Hugon et tirant à un piquet que les

35 - partyes onts plantés lequel piquet

36 - tire à un autre qui est planté au pied

37 - du prunier de perdrigon (2) lequel prunier

38 - apartiendra seule aud[it] Mathieu Hugon

39 - et dud[it] prunier tirant à l'encogneure du

40 - four de la maison dud[it] Hugon, et dans

41 - laquelle portion de cour led[it] Hugon

42 - poura faire construire un batiment

43 - sans pouvoir tirer aucuns jours (3)

44 - sur la portion desdits Planchard et

45 - Perreau, à la reserve que s'il ne

46 - fait batir que dans la motié de

47 - l'enplacement ou environ, il poura tirer

48 - un jour du costé du couchant et dans

49 - la partye qui restera, mais ne poura y

50 - avoir de porte ouverte dans l'... derriere

51 - non plus que du costé de cour qui est

52 - arrivé à lad[it]e Planchard et autres auquel

53 - laditte cour appartiendra en toutte

54 - proprieté pour en faire tout ce qu'ils

55 - jugeront approprié ; au moyen duquel

56 - partage de de ladd[it]e construction que

57 - ledit Hugon poura faire et y faire faire

58 - une montez de grenier ; ledit Hugon

59 - n'aura point de droit de monter par la

60 - montée de grenier de lad[it]e Planchard. Le present

61 - partage fait de but à but (4) sans aucun retour

62 - de bourse (5) de part et d'autre et onts estimé

63 - l'objet du present partage la somme de

64 - quarente huict livres pour touttes les portions.

65 - Tout ce que dessus a esté stipulé

66 - et accepté par les partyes qui se sont

67 - obligez respectivement. Car ainsy &

68 - promettant & obligeant & renonçant

69 - & fait les an et jour que dessus et onts

70 - les partyes declarez ne scavoir signer d'eux

71 - enquis et a led[it] François Perreau signé

72 - avec nous soit con[trô]llé.

 

F. Perreau - Brossard - Bonnet (6)

 

73 - Controllé à Donzy le 22 9bre 1759.

74 - R[eçu] : 6 s[ols]. Dagot.

 

x

 

Notes et vocabulaire

(0) - Par convention et pour en faciliter la lecture, le texte original a subi diverses retouches : ajout de majuscules aux noms propres, accents, apostrophes et autres signes de ponctuation indispensables à la compréhension ; développement des abréviations ; suppression des majuscules superflues ; séparation des mots accolés... En revanche, l'orthographe n'a pas été corrigée. Les mots entre parenthèses sont incertains.

(1) - François Perreau : A l'image des Bonnet, les Perreau de Châteauneuf sont bien difficiles à distinguer les uns des autres à cause des nombreuses homonymies et des variations orthographiques du patronyme familial (Perreau, Perrot...). Les Perreau du bourg, praticiens, font partie de la bonne société locale. François Perreau, dont la signature est reproduite ci-dessous, se rattache vraisemblablement à cette branche.

(2) - prunier de perdrigon : Espèce de prune. Il y a deux sortes de perdigrons, le blanc & le violet. Il y a encore le petit perdrigon, & le perdrigon tardif. Les perdrigons sont de toutes les prunes celles où les vers se mettent le moins. Les perdigrons ont la figure longuette. (...) Les perdrigons sont fort bons à faire des compôtes. (Dictionnaire universel d'agriculture et de jardinage - 1751)

(3) - sans pouvoir tirer aucuns jours : Sans pouvoir ouvrir de fenêtre.

(4) - de but à but : Sans avantage de part ny d'autre. (Dictionnaire de l'Académie française, 1694)

(5) - sans aucun retour de bourse : Sans compensation financière.

(6) - Bonnet : Né à Cessy-les-Bois, descendant d'une famille d'officiers seigneuriaux, le notaire Jean-Baptiste Bonnet (1710 / 1801) est certainement, au XVIIIe siècle, le plus en vue des notables de Châteauneuf. A l'exception d'une période de dix ans, pendant laquelle il habite à Nevers, paroisse Saint-Etienne, il y réside la plus grande partie de sa vie, dans une maison située face à l'église. Il connaît une longue et belle carrière, occupant successivement ou simultanément diverses fonctions : notaire royal, juge, fermier de la châtellenie de Châteauneuf, procureur fiscal, bailli de La Celle-sur-Nièvre, conseiller du roi, commissaire aux saisies réelles du Nivernais... Son petit-fils, Louis Bonnet, sera le premier maire de Châteauneuf.

 

Aller plus loin

les habitants du bourg de Châteauneuf en 1750

 

 

 Accueil

 Châteauneuf

 Page créée le 24 juillet 2010. Dernière mise à jour le 3 mars 2012.

© Cahiers du val de Bargis