Châteauneuf, 1750 : Contrat d'apprentissage de deux ans chez un tailleur de corps (de corsets) et tapissier établi à Châteauneuf, moyennant 112 livres pour la première année et 72 pour la seconde - chaque année payable d'avance. Le contrat stipule que la jeune apprentie sera nourrie par son employeur pendant toute cette période et que celui-ci, outre les secrets de son métier, lui apprendra également à lire et à écrire. Diverses dispositions protègent les intérêts de la jeune fille.

Il est à noter que le maître tailleur signe un nouveau contrat d'apprentissage quatre jours plus tard... en lieu et place de celui-ci ?(0)

Cote : 3 E 8 / 6 - Minutes du notaire Jean-Baptiste Bonnet (Châteauneuf-Val-de-Bargis)

 

 

1 - Ce jour d'huy vingt trois du mois de may

2 - mil sept cent cinquante apres midy en l'eteude

3 - et pardevant le notaire au duché de Nivernois

4 - resident au bourg de Chateauneuf au val de Bargis

5 - a esté present en sa personne Humbert François (1)

6 - m[aîtr]e tailleur en corps (2) et tapissier et Anne (Binnet)

7 - son epouze du pays de Lion dem[euran]t en ce dit bourg

8 - d'une part ; et Jean Baptiste Gaurand (3) savoyard

9 - de nation demeurant aussy en ce dit bourg

10 - onts fait et fonts le traitté qui scuit :

11 - sçavoir est que ledit Humbert et son epouze

12 - onts pris pour aprentye Jacquette Gaurand (4)

13 - fille dudit Gaurand cy dessus denommé

14 - pour deux annez qui ont commansé de

15 - ce jour d'huy à la charge par eux de luy apprendre

16 - le mettier de tailleur de corps et tapisserie

17 - et tout ce qui regarde leurs mettier, de la norir (5)

18 - pendant les dittes deux annez et de luy faire

19 - tous ses ajustements suivant son estat et

20 - condition (6), de luy enseigner à lire et à ecrire (7)

21 - pendant ledit temps, moyenant quoy

22 - ledit Gaurand a promis et s'est obligé

23 - de payer audit Imbert et son epouze tant

24 - pour l'aprentissage que noriture, scavoir

(ici : deux lignes raturées)

25 - cent douze livres (8) pour la premiere année

26 - par avence qui seront les six premiers

27 - mois cinquante six livres scavoir dix livres

28 - pour le quartier (9) d'aprentissage et dix huit livres

29 - pour sa noriture ainsy continuer pendant

30 - laditte premiere année, les quartiers de

31 - la seconde année (10) se payeront aussy par

32 - avense, mais ils ne seront plus que de

33 - dix huit livres ; a esté conveneu entre les

34 - partyes que si la ditte Jacquette Gaurand

35 - ne proffite pas comme elle devrait faire

36 - il sera permis à son pere de la retirer apres

37 - les trois premiers mois finy, sans domages et

38 - interests de part ni d'autre ; comme aussy

39 - lesdits s[ieu]r Humbert et sa femme s'oblige de

40 - garder la ditte Jacquette Gaurand apres les dittes

41 - deux annez finis pour achever de la perfectionner

42 - si elle n'est l'est pour lors et au temps et en

43 - cas qu'elle soit en estat de travailler lesd[its]

44 - Humbert et sa femme ce sont obligez de luy

45 - payer ses journez au prorata de son ouvrage ;

46 - tout ce que dessus a esté stipulé et accepté

47 - par touttes les partyes et ce sont obligez respectivement.

48 - Car ainsy & promettant & oblige[ant] & renonceant

49 - & fait en presence de Jean Picolet praticien (11) et de

50 - Edme Bouchard menuzier demeurant audit

51 - Chateauneuf temoins qui onts signez avec les dittes

52 - partyes sauf la ditte (Binnet) qui a declaré ne scavoir signer ; soit controllé.

 

François - Gorrand - Picolet - Bouchard - Bonnet (12)

 

53 - Con[trô]lé à Donzy le 27 may 1750

54 - R[eçu] : 12 s[ols]. Dagot.

 

Notes et vocabulaire

 (0) - Par convention et pour en faciliter la lecture, le texte original a subi diverses retouches : ajout de majuscules aux noms propres, accents, apostrophes et autres signes de ponctuation indispensables à la compréhension ; développement des abréviations ; suppression des majuscules superflues ; séparation des mots accolés... En revanche, l'orthographe n'a pas été corrigée. Les mots entre parenthèses sont incertains.

(1) - Humbert François : Un acte notarié de la même année nous apprend que celui-ci s'est installé cinq mois auparavant au bourg de Châteauneuf.

(2) - tailleur en corps : Tailleur de corps ; tailleur spécialisé dans la confection de corps (ou corsets), vêtements portés par-dessus la chemise et embrassant le tronc des épaules jusqu'aux hanches.

(3) - Jean Baptiste Gaurand : Savoyards de nation, les Gorrand ont quitté leur Savoie natale à la fin du printemps ou au début de l'été 1741. Les raisons de ce départ et de leur installation à Châteauneuf restent à ce jour inexpliquées. A son arrivée dans la Nièvre, la famille se compose d'au moins sept personnes : Jean-Baptiste Gorrand lui-même, 31 ans, ses parents, sa femme, ses trois jeunes enfants et, peut-être bien, un frère, une soeur et un beau-frère. Le plus jeune des enfants, âgé de cinq mois, meurt quelques jours après la fin du périple familial. Mais plusieurs enfants vont naître à Châteauneuf. On note que le parrain et la marraine sont à chaque fois issus de la petite bourgeoisie locale. Fils de marchand, Jean-Baptiste Gorrand est mercier de profession (bisouart - c'est-à-dire colporteur - en 1759). Il est rapidement au nombre de ceux qui constituent, selon l'expression consacrée, la partye la plus sayne des habitans.

(4) - Jacquette Gaurand : Aucune Jacquette parmi les enfants recensés du couple mais une Jacquemine, née en avril 1738. En imaginant qu'il s'agisse de la même, la jeune apprentie viendrait donc d'avoir 12 ans. Jacquette, à son mariage, 19 ans plus tard, est dite majeure - ce qui signifie qu'elle a plus de 25 ans. Son acte de mariage n'indique pas sa profession et elle épouse un laboureur - indices qui amènent à penser que cet apprentissage n'a peut-être pas eu le succès escompté.

(5) - norir : Nourrir.

(6) - de luy faire tous ses ajustements suivant son estat et condition : De l'habiller selon sa condition d'apprentie.

(7) - de luy enseigner à lire et à ecrire : Il faut sans doute en déduire qu'il n'y a pas, alors, de maistre d'escolle à Châteauneuf.

(8) - cent douze livres : Le contrat distingue ce qui est dû au titre de l'apprentissage et ce qui est dû au titre de la pension.

(9) - quartier : Période de trois mois.

(10) - la seconde année : 72 livres au total pour la seconde année, ce qui correspond aux seuls frais de pension de la jeune apprentie.

(11) - Jean Picolet praticien : Notable local (~ 1700 / 1773) ; fils d'un honorable marchand et d'une honneste femme, aubergiste-cabaretier à Châteauneuf mais aussi praticien et procureur fiscal de Nannay.

(12) - Bonnet : Né à Cessy-les-Bois, descendant d'une famille d'officiers seigneuriaux, le notaire Jean-Baptiste Bonnet (1710 / 1801) est certainement, au XVIIIe siècle, le plus en vue des notables de Châteauneuf. A l'exception d'une période de dix ans, pendant laquelle il habite à Nevers, paroisse Saint-Etienne, il y réside la plus grande partie de sa vie, dans une maison située face à l'église. Il connaît une longue et belle carrière, occupant successivement ou simultanément diverses fonctions : notaire royal, juge, fermier de la châtellenie de Châteauneuf, procureur fiscal, bailli de La Celle-sur-Nièvre, conseiller du roi, commissaire aux saisies réelles du Nivernais... Son petit-fils, Louis Bonnet, sera le premier maire de Châteauneuf.

 

 Châteauneuf

 Accueil

Page créée le 6 août 2007. Dernière mise à jour le 29 octobre 2012.

© Cahiers du val de Bargis